how to view pdf file in asp.net using c# : How to extract pictures from pdf files application software tool html azure web page online CODE_FAMILLE2-part1114

Sénégalais
LIVRE II
DU LIEN MATRIMONIAL
Article 100
Objet du lien matrimonial
Le lien matrimonial crée la
famille par l’union solennelle de
l’homme et de la femme dans le
mariage. Ce lien n’est détruit
que par le décès de l’un des
époux ou par le divorce. La
séparation de corps en réduit
seulement les effets.
CHAPITRE PREMIER
DU MARIAGE
SECTION PREMIERE - LES
FIANCAILLES
Article 101
Définition
Les  fiançailles  sont  une
convention  solennelle  par
laquelle  un homme  et une
femme se promettent mutuelle-
ment le mariage.
Article 102
Caractère des fiançailles
On peut contracter mariage
sans avoir, auparavant, fait
célébrer les fiançailles.
Lorsqu’il y a fiançailles, cette
convention n’oblige pas les fian-
cés à contracter mariage.
Article 103
Conditions de fond
Les fiançailles ne peuvent
être contractées que si les par-
ties remplissent les conditions
de fond exigées pour le maria-
ge. En particulier chacun des
fiancés doit donner librement
son consentement, indépen-
damment du consentement des
parents  nécessaire  aux
mineurs.
Toutefois  l’âge  minimum
requis est inférieur d’un an à
celui  prévu  pour  pouvoir
contracter mariage.
Article 104
Conditions de forme
La convention est passée en
présence de deux témoins au
moins pour chaque fiancé et
d’un représentant de chaque
famille.
La fiancée peut recevoir du
fiancé ou de sa famille, confor-
mément à l’usage, un don
manuel en nature dont la valeur
maximum est fixée par la loi.
En cas de contestation, la
preuve des fiançailles s’admi-
nistre par l’audition des témoins
y ayant assisté.
Article 105
Effets
La durée des fiançailles ne
peut excéder un an.
Les fiancés peuvent se rendre
réciproquement visite conformé-
ment aux usages.
Ils doivent se conduire, l’un et
l’autre, d’une manière réservée
à l’égard des tiers.
Tout manquement à l’une de
ces obligations constitue un
motif légitime de rupture souve-
rainement apprécié par le juge.
Article 106
Absence d’obligation alimen-
taire
Les fiancés ne sont tenus à
aucune obligation alimentaire,
d’entretien ou de secours, soit
l’un à l’égard de l’autre, soit cha-
cun à l’égard des membres de
la famille de l’autre.
Article 107
Rupture
Chacun des fiancés a le droit
de rompre unilatéralement les
fiançailles. Lorsque l’un des
fiancés est mineur, la rupture,
qui ne peut émaner que de lui
seul, doit être exprimée en pré-
sence des témoins et des repré-
sentants des deux familles.
La rupture sans motif légitime
imputable à la fiancée l’oblige à
restituer le cadeau qu’elle a
reçu; si elle est imputable au
fiancé, il ne peut réclamer le
cadeau qu’elle a fait. Le fiancé
évincé sans motif légitime pour-
ra demander qu’il soit formé
opposition au mariage de son
ancienne fiancée jusqu’à la res-
titution du cadeau.
Tout autre préjudice né de la
rupture des fiançailles ou à son
occasion, est réparé conformé-
ment aux dispositions générales
de la responsabilité civile. Sont
solidairement tenues du paie-
ment des dommages et intérêts
les personnes qui, d’une maniè-
re quelconque, ont amené la
rupture fautive des fiançailles.
En aucun cas, les dépenses
occasionnées par les fiançailles
ne peuvent faire l’objet d’un
remboursement  ou  d’une
indemnisation.
SECTION Il - CONDITIONS
DE FOND DU MARIAGE
Paragraphe Premier -
Conditions communes aux
deux époux
Article 108
Consentement des époux
Chacun des futurs époux,
même mineur, doit consentir
personnellement au mariage.
Toutefois lorsque la forme de
mariage adoptée ne comporte
pas la comparution en personne
de l’un ou de l’autre des futurs
époux au moment de sa conclu-
sion, ils peuvent se faire repré-
senter par mandataire, pourvu
que les formalités des articles
126 et 127 aient été préalable-
ment respectées.
Article 109
Consentement des parents
Le mineur ne peut contracter
mariage sans le consentement
de la personne qui exerce la
CODE DE LA FAMILLE
21
How to extract pictures from pdf files - Select, copy, paste PDF images in C#.net, ASP.NET, MVC, Ajax, WinForms, WPF
Support PDF Image Extraction from a Page, a Region on a Page, and PDF Document
extract images from pdf file; how to extract images from pdf in acrobat
How to extract pictures from pdf files - VB.NET PDF Image Extract Library: Select, copy, paste PDF images in vb.net, ASP.NET, MVC, Ajax, WinForms, WPF
Support PDF Image Extraction from a Page, a Region on a Page, and PDF Document
pdf image extractor online; extract images pdf
Sénégalais
puissance paternelle à son
égard.
Ce consentement doit com-
porter la désignation des deux
futurs conjoints. Il est donné soit
par la déclaration faite devant
un officier de l’état civil, devant
un juge de paix ou devant un
notaire antérieurement à la célé-
bration du mariage, soit verbale-
ment lors de cette célébration
même.
Tout parent peut saisir le juge
de paix du lieu de célébration du
mariage s’il estime que le refus
de consentement est basé sur
des motifs non conformes à l’in-
térêt du mineur. Après avoir
régulièrement convoqué dans le
délai d’ajournement la personne
qui refuse son consentement,
celle par qui il a été saisi du
recours et toute autre personne
dont l’audition lui semblerait
utile, le juge de paix statue par
ordonnance non susceptible de
voies de recours pour maintenir
le refus opposé ou au contraire
autoriser  la célébration  du
mariage.  La  procédure  se
déroule dans le cabinet du juge,
en audience non publique,
même pour le prononcé de l’or-
donnance.
Article 110
Absence de lien de parenté
ou d’alliance
Est prohibé pour cause de
parenté ou d’alliance le mariage
de toute personne avec:
1°) Ses ascendants ou ceux
de son conjoint;
2°)Ses descendants ou ceux
de son conjoint;
3°) Jusqu’au 3e degré, les
descendants de ses ascendants
ou de ceux de son conjoint.
Toutefois il n’y a plus prohibi-
tion pour cause d’alliance entre
beau-frère  et  belle-soeur
lorsque l’union qui provoquait
l’alliance a été dissoute par le
décès.
Paragraphe Il - Conditions
particulières à chacun des
époux
Article 111
Sexe et âge
Le mariage ne peut  être
contracté qu’entre un homme
âgé de plus de 18 ans et une
femme âgée de plus de 16 ans
sauf dispense d’âge accordée
pour motif grave par le Prési-
dent du tribunal régional après
enquête.
Article 112
Délai de viduité
La femme ne peut se remarier
qu’à l’expiration d’un délai de
viduité de 300 jours à compter
de la dissolution du précédent
mariage.
Elle peut cependant limiter le
délai à 3 mois en cas de disso-
lution du mariage par le divorce
ou par annulation et à 4 mois et
10 jours après dissolution du
mariage antérieur, l’enfant est
présumé irréfragablement n’être
pas issu des oeuvres du précé-
dent mari.
Dans tous les cas, le délai
prend fin par la délivrance de la
femme .
Article 113
Lien matrimonial antérieur
La femme ne peut contracter
un nouveau mariage avant la
mention sur le registre de l’état
civil de la dissolution du précé-
dent.
L’homme ne peut contracter
un nouveau mariage s’il a un
nombre d’épouses supérieur à
celui autorisé par la loi, compte
tenu des options de monogamie
ou de limitation de polygamie
souscrites par lui.
SECTION III - CONDITIONS
DE FORME
Article 114
Dualité des formes
Selon le choix des futurs
époux, le mariage peut être
célébré par l’officier de l’état civil
ou constaté par lui ou son délé-
gué, dans les conditions pré-
vues par la loi. Le mariage ne
peut être constaté que lorsque
les futurs époux observent une
coutume matrimoniale en usage
au Sénégal.
Pour l’accomplissement des
formalités prévues dans la pré-
sente section, l’officier de l’état
civil peut faire appel en cas de
besoin, si l’un des comparants
ne parle pas suffisamment le
français, à un interprète majeur,
sachant lire et écrire, qui signe-
ra les actes en qualité de témoin
instrumentaire.
Paragraphe premier -
Célébration du mariage par
l’officier de l’état civil
Article 115
Dépôt de pièces au centre
d’état civil
Chacun des futurs époux doit
remettre personnellement à l’of-
ficier de l’état civil compétent
pour procéder à la déclaration
du mariage:
- Une copie de son acte de
naissance datant de moins de
trois mois, délivrée en vue du
mariage;
- La copie des actes accor-
dant des dispenses dans les
cas prévus par la loi.
Celui des futurs époux qui
serait dans l’impossibilité de se
procurer son acte de naissance
pourra le suppléer en rapportant
un acte de notoriété délivré par
le juge de paix du lieu de sa
naissance ou par celui de son
domicile. L’acte de notoriété
contiendra la déclaration faite
par trois témoins de l’un ou de
l’autre sexe, parents ou non
parents, des prénoms, nom,
profession et domicile du futur
époux, et de ceux de ses père
et mère, s’ils sont connus, du
lieu et, autant que possible, de
l’époque de sa naissance et des
causes qui empêchent d’en rap-
CODE DE LA FAMILLE
22
VB.NET PDF Convert to Word SDK: Convert PDF to Word library in vb.
be converted to separate Word files within a short time in VB.NET class application. In addition, texts, pictures and font formatting of source PDF file are
extract image from pdf file; extract image from pdf in
VB.NET Image: VB.NET Codes to Load Images from File / Stream in .
When evaluating this VB.NET imaging library with pictures of your own powerful & profession imaging controls, PDF document, image to pdf files and components
pdf image extractor; extract image from pdf
Sénégalais
porter l’acte. Les témoins signe-
ront l’acte de notoriété avec le
juge de paix et, s’il en est qui ne
puissent ou ne sachent signer, il
en sera fait mention.
Article 116
Questions posées par l’offi-
cier de l’état civil
A l’occasion de la remise des
pièces ci-dessus indiquées, l’of-
ficier de l’état civil, même en
l’absence de toute mention mar-
ginale, doit demander aux futurs
époux s’ils ont déjà été mariés
et leur enjoint, dans l’affirmative,
d’indiquer à quelle date et sous
quelle forme l’union précédente
a été contractée ainsi que la
date et les causes de sa disso-
lution. Le futur époux devra jus-
tifier, le cas échéant, de ce que
les liens matrimoniaux déjà
contractés ne constituent pas à
son égard un empêchement au
mariage projeté.
Lorsque l’un des futurs époux,
ou les deux, sont mineurs, l’offi-
cier de l’état civil leur rappelle
qu’il ne pourra être procédé à la
célébration du mariage que s’il
est rapporté préalablement la
preuve du consentement de la
personne habilitée à le donner
ou de l’autorisation judiciaire en
tenant lieu.
En vue de la préparation de
l’acte de mariage, l’officier de
l’état civil:
1°)  Demande  aux  futurs
époux s’il a été convenu du
paiement d’une dot comme
condition de formation du maria-
ge, à quel chiffre la dot a été
fixée et quelle portion doit en
être perçue par la femme avant
la célébration et quel terme est
prévu pour le solde;
2°) Indique aux futurs époux
qu’en l’absence d’une option au
moment du mariage ou posté-
rieurement, l’homme peut avoir
simultanément quatre épouses;
il recueille le cas échéant l’op-
tion de monogamie ou de limita-
tion de polygamie souscrite par
le futur époux;
3°) Interpelle les futurs époux
sur le régime matrimonial qu’ils
entendent  choisir:  il  leur
explique qu’en l’absence de
toute option contraire ils seront
placés sous le régime du droit
commun de la séparation des
biens mais qu’ils peuvent adop-
ter irrévocablement le régime
dotal ou, si le mari a souscrit
l’option de monogamie, le régi-
me communautaire de participa-
tion aux meubles et acquêts; le
choix éventuel des époux est
alors recueilli.
Les questions à poser par l’of-
ficier  de  l’état  civil  et  les
réponses des futurs époux sont
consignés sur un formulaire-
type  d’un  modèle  fixé  par
décret.
Article 117
Publications
Pendant quinze jours francs,
l’officier de l’état civil fera une
publication par voie d’affiche à
la porte du centre d’état civil.
Cette publication doit énoncer
les prénoms, noms, filiations,
âges, professions, domiciles et
résidences des futurs époux
ainsi que le lieu et la date de la
célébration du mariage projeté.
Elle est faite au centre d’état
civil du lieu du mariage et à
celui du lieu où chacun des
futurs époux a son domicile ou,
à défaut de domicile, sa rési-
dence secondaire.
Le procureur de la République
du lieu de célébration du maria-
ge peut dispenser, pour des
causes graves, de la publication
et de tout délai.
Article 118
Oppositions
Durant le délai de publication,
lorsqu’un fait susceptible de
constituer un empêchement au
mariage en vertu des articles
107 et 109 à 113, est porté à la
connaissance de l’officier de
l’état civil compétent pour procé-
der à la célébration, il doit sur-
seoir à celle-ci et en aviser dans
les 48 heures le procureur de la
République.
Celui-ci peut, soit demander à
l’officier de l’état civil de passer
outre, soit former opposition au
mariage. Le procureur de la
République doit former opposi-
tion lorsqu’un empêchement est
porté directement à sa connais-
sance.
Le ministère public notifie son
opposition par voie administrati-
ve aux futurs époux et à l’officier
de l’état civil qui en dresse acte.
L’absence d’opposition dans le
mois de l’avis donné au parquet
permet à l’officier de l’état civil
de passer outre.
Après une année révolue,
l’acte d’opposition cesse de pro-
duire effet, il peut être renouve-
lé.
Article 119
Contentieux de l’opposition
Mainlevée de l’opposition peut
être demandée par les futurs
époux, même mineurs, qui
adressent à cet effet requête au
président du tribunal.
Les motifs fondant l’opposition
peuvent être prouvés par tous
moyens.
Le président du tribunal statue
dans les dix jours. Toutefois il
pourra être exceptionnellement
sursis à statuer si des vérifica-
tions s’imposent.
L’appel est formé par déclara-
tion au greffe de la juridiction qui
a statué dans un délai de trois
jours francs à compter du jour
du prononcé de l’ordonnance.
Les pièces de la procédure sont
transmises dans les 48 heures,
à la diligence du procureur de la
République, au greffe de la
Cour d’appel. La cause est ins-
crite à la première audience
utile et l’arrêt rendu contradictoi-
rement à l’audience suivante,
que les futurs époux comparais-
sent ou non.
La procédure est gratuite.
La décision est notifiée admi-
nistrativement par le ministère
public à l’officier de l’état civil et
aux futurs époux.
CODE DE LA FAMILLE
23
VB Imaging - VB Code 93 Generator Tutorial
VB developers to create Code 93 on popular image files, including BMP developers to create and write Code 93 linear barcode pictures on PDF documents, multi
extract image from pdf online; extract image from pdf using
C#: Use OCR SDK Library to Get Image and Document Text
a digital camera, scanned document or image-only PDF using C# color image recognition for scanned documents and pictures in C#. Steps to Extract Text from Image.
extract color image from pdf in c#; extract vector image from pdf
Sénégalais
Article 120
Effets de l’opposition
Tant que la mainlevée de l’op-
position n’a pas été notifiée, l’of-
ficier de l’état civil ne peut pro-
céder à la célébration du maria-
ge à peine d’une amende civile
de 10.000 francs au plus, pro-
noncée par le tribunal de pre-
mière instance sur réquisition du
procureur de la République.
Nulle autre opposition ne peut
être faite à un mariage lorsqu’il
a été donné mainlevée d’une
première opposition.
Article 121
Officier de l’état civil
Le mariage est célébré publi-
quement au centre d’état civil du
domicile ou de la résidence de
l’un ou de l’autre des époux. La
résidence est établie par un
mois au moins d’habitation
continue à la date de la célébra-
tion.
S’il y a de justes motifs, le
juge de paix peut toutefois auto-
riser la célébration du mariage
dans un autre lieu. L’autorisa-
tion est notifiée administrative-
ment par le juge de paix à l’offi-
cier de l’état civil chargé de pro-
céder à la célébration; avis en
est donné au procureur de la
République et copie remise aux
futurs époux. Mention doit être
faite dans l’acte de mariage.
En cas de péril imminent de
mort de l’un des futurs époux,
l’officier de l’état civil peut se
transporter, avant toute autori-
sation du juge de paix, au domi-
cile ou à la résidence de l’une
des parties pour y célébrer le
mariage même si la résidence
n’est pas établie par un mois
d’habitation continue. L’officier
de l’état civil fait ensuite part au
procureur de la République
dans le plus bref délai, de la
nécessité de cette célébration.
Article 122
Comparution personnelle
Les futurs époux se présen-
tent personnellement devant
l’officier de l’état-civil au jour
choisi par eux et à l’heure déter-
minée par lui. Ils sont assistés
chacun d’un témoin majeur,
parent ou non.
Si l’un des futurs époux est
mineur,  il  doit  justifier  du
consentement  au  mariage
donné par la personne exerçant
la puissance paternelle à son
égard, ou de l’autorisation judi-
ciaire en tenant lieu.
Article 123
Echange solennel des
consentements
L’officier de l’état-civil complè-
te éventuellement le projet d’ac-
te de mariage par l’indication,
donnée par la future épouse, de
la partie de la dot perçue et du
terme prévu pour le solde,
donne lecture aux comparants
dudit projet, établi conformé-
ment à leurs déclarations et
comportant, notamment, l’indi-
cation du régime matrimonial
adopté et de l’option de mono-
gamie ou de limitation de poly-
gamie éventuellement formulée
par le futur époux.
Si l’un des futurs époux est
mineur, l’officier de l’état civil
interpelle, s’il est présent, le
parent dont le consentement est
requis; s’il est absent, il donne
lecture de l’acte par lequel ce
consentement est exprimé.
L’officier de l’état civil deman-
de à chaque partie, l’une après
l’autre, si elles veulent se
prendre pour mari et femme.
Après que chacune d’elle a
répondu «oui» il prononce au
nom de la loi qu’elles sont unies
par le mariage et signe l’acte
sur-le-champ avec les époux,
les parents consentants, s’ils
sont présents, et les témoins.
Si l’un quelconque des com-
parants ne sait ou ne peut
signer, mention en est faite à
l’acte,
Il est délivré à l’épouse un
exemplaire de l’acte de mariage
constitué par le volet n° 1 de
l’acte de mariage et, au mari, un
livret de famille établi conformé-
ment aux dispositions de l’article
80.
Article 124
Mentions
A la diligence de l’officier de
l’état civil ayant célébré le
mariage et sous sa responsabili-
té, il est notifié administrative-
ment à l’officier de l’état civil du
lieu de naissance de chacun
des époux un avis avec accusé
de réception indiquant que les
parties ont contracté mariage et
précisant que le mari a ou non
souscrit une option de monoga-
mie ou de limitation de polyga-
mie, aux fins de mention en
marge de chaque acte de nais-
sance. Mention de l’accomplis-
sement de la formalité est faite
en marge de l’acte de mariage.
Lorsque l’avis de mention
faite n’est pas revenu dans les
trois mois de l’envoi de la notifi-
cation, l’officier de l’état civil en
rend compte sans délai au pro-
cureur de la République du res-
sort dans lequel il se trouve.
Paragraphe Il - Constatation
du mariage par l’officier de
l’état civil
Article 125
Avis préalable à l’officier de
l’état civil
Lorsque les futurs époux choi-
sissent de s’unir selon les for-
malités consacrant traditionnel-
lement le mariage, ils sont tenus
d’informer l’officier de l’état civil
de leur projet, un mois à l’avan-
ce si le mariage doit être conclu
dans une commune ou dans
une localité où se trouve un
centre d’état civil.
Si le mariage doit être conclu
en tout autre lieu, l’avis de projet
est donné dans les mêmes
conditions au chef de village et
à une personne désignée dans
le village par l’officier, s’il y a
lieu.
CODE DE LA FAMILLE
24
C# Imaging - Scan RM4SCC Barcode in C#.NET
& decode RM4SCC barcode from scanned documents and pictures in your Decode RM4SCC from documents (PDF, Word, Excel and PPT) and extract barcode value as
extract image from pdf java; how to extract images from pdf in acrobat
C# Imaging - C# Code 93 Generator Tutorial
to write and draw the best Code 93 barcode pictures in png, jpeg, gif, bmp, TIFF, PDF, Word, Excel Code93 barcode and save it to image files/object using
extract photos from pdf; extract jpg from pdf
Sénégalais
Article 126
Comparution personnelle
Les futurs époux se présen-
tent personnellement à l’officier
de l’état civil de leur domicile ou
à l’autorité qui le représente et
lui remettent les pièces énumé-
rées à l’article 115.
Article 127
Dépôt des pièces et établis-
sement du formulaire
L’officier de l’état civil ou l’au-
torité compétente demande à
l’homme et à la femme s’ils
consentent à l’union projetée,
puis en usant du formulaire
type, leur pose les questions
prévues à l’article 116, leur fait
indiquer la date, l’heure et le lieu
de la conclusion du mariage,
signe avec eux le formulaire-
type, mention étant faite éven-
tuellement de ce qu’il ne savent
ou ne peuvent signer.
Si l’un des futurs époux est
mineur, le consentement de la
personne habilitée à consentir à
son mariage est recueilli et, à
défaut, il est fait dépôt de l’auto-
risation judiciaire en tenant lieu.
Lorsque le formulaire-type est
rempli par l’officier de l’état civil,
il est établi en trois exemplaires
dont l’un est envoyé sans délai
à l’officier de l’état civil du lieu
de  conclusion  du mariage,
accompagné des pièces dépo-
sées par les époux.
Le formulaire-type est trans-
mis le cas échéant, et sans
délai, à l’officier de l’état civil du
lieu du mariage.
Article 128
Publications
Après l’établissement du for-
mulaire-type, l’officier de l’état
civil procède aux publications
indiquées à l’article 117.
Lorsqu’un fait susceptible de
constituer un empêchement au
mariage, en vertu des articles
107 et 109 à 113, est porté à sa
connaissance, il en avise le pro-
cureur de la République confor-
mément aux dispositions de l’ar-
ticle 118; il en fait part immédia-
tement par voie administrative
aux futurs époux, soit directe-
ment s’ils se sont présentés
devant lui, soit par l’intermédiai-
re de l’autorité ayant rempli le
formulaire.
Article 129
Oppositions
Les oppositions seront noti-
fiées par le ministère public et
mainlevée  pourra  en  être
demandée conformément aux
dispositions des articles 118 et
119.
Article 130
Constatation du mariage
Aux jour, lieu et heure indi-
qués au formulaire-type, l’offi-
cier de l’état civil ou son délé-
gué, ou l’autorité compétente
pour l’établissement de ce docu-
ment, assistent aux formalités
consacrant le mariage, en pré-
sence de deux témoins majeurs
pour chacun des époux, parent
ou non.
Il complète alors le projet
d’acte de mariage par l’indica-
tion donnée par la future épouse
ou son représentant de la partie
de la dot perçue et du terme
prévu pour le solde, puis signe
la mention apposée au bas de
tous les exemplaires du formu-
laire-type avec les témoins, le
parent consentant et les époux
ou leur représentant, mention
étant faite éventuellement de ce
qu’ils ne savent ou ne peuvent
signer.
Un exemplaire du formulaire-
type ainsi complété est remis au
mari.
Lorsque le formulaire-type a
été complété par une autorité
autre que le délégué de l’officier
de l’état civil, un exemplaire est
adressé sans délai au centre
d’état civil.
Article 131
Rédaction de l’acte et men-
tion marginale
Dès réception du formulaire-
type dûment complété, l’officier
de l’état civil dresse l’acte de
mariage conformément aux
articles 66 et 124.
Il fait parvenir aussitôt aux
époux, par la voie administrati-
ve, le livret de famille et un
exemplaire de l’acte de maria-
ge, constitué par le volet n° 1,
qui doivent être remis en mains
propres, respectivement au mari
et à la femme.
SECTION IV - EXERCICE
DES OPTIONS
Article 132
La dot: conditions de fond du
mariage
Les futurs époux peuvent
convenir que la fixation d’une
somme d’argent, ou la détermi-
nation de biens à remettre en
partie ou en totalité par le futur
époux à la future épouse, sera
une condition de fond du maria-
ge. Cette dot ne peut dépasser
la valeur maximum fixée par la
loi.
Elle est propriété exclusive de
la femme qui en a la libre dispo-
sition.
Il est fait mention dans l’acte
de mariage du montant de la
dot, de la part stipulée payable
d’avance et de ce qui a été
perçu par la femme au moment
de la célébration du mariage.
Article 133
Pluralité de liens
Le mariage peut être conclu:
- Soit sous le régime de la
polygamie, auquel cas l’homme
ne peut avoir simultanément
plus de quatre épouses;
- soit sous le régime de la
limitation de polygamie;
- soit sous le régime de la
monogamie. Faute par l’homme
de souscrire l’une des options
prévues à l’article 134, le maria-
ge est placé sous le régime de
la polygamie.
CODE DE LA FAMILLE
25
C# Imaging - Scan ISBN Barcode in C#.NET
which can be used to track images, pictures and documents in Load an image or a document(PDF, TIFF, Word barcodes from png image files and extract ISBN barcode
extract pdf pages to jpg; extract pictures from pdf
Save, Print Images in Web Image Viewer| Online Tutorials
of single page printing and multi-page printing for pictures and documents; various file formats like PNG, JPEG, GIF, BMP, TIFF, PDF, MS Word Save Images & Files.
extract images from pdf files without using copy and paste; extract images from pdf
Sénégalais
Article 134
Objet de l’option
L’option de limitation de poly-
gamie restreint le nombre des
épouses que le mari pourra
avoir simultanément.
Les options de monogamie et
de limitation de polygamie sont
définitives, sous réserve de la
possibilité pour l’homme de res-
treindre par une nouvelle option
une limitation antérieure de
polygamie.
Elles engagent l’optant pour
toute la durée de son existence,
même après dissolution de
l’union à l’occasion de laquelle
elles avaient été souscrites.
Article 135
Moment et forme de l’option
L’option peut être souscrite
soit à l’occasion d’un mariage,
soit postérieurement.
L’option ne peut être reçue
que si l’homme justifie qu’au
moment où il l’exerce le nombre
de ses épouses ne dépasse pas
celui qu’il entend se fixer désor-
mais.
La déclaration d’option se for-
mule auprès de l’officier de l’état
civil ou, hors des localités où se
trouve un centre d’état civil,
auprès de l’autorité déléguée
par l’officier de l’état civil pour la
constatation des mariages et,
en cas de mariage à l’étranger,
auprès de l’agent diplomatique
ou du Consul territorialement
compétent.
Lorsque l’option est reçue à
l’occasion du mariage, son effet
est subordonné à la célébration
ou a la constatation de l’union
projetée. L’officier de l’état civil
se conforme pour l’exercice de
l’option aux dispositions des
articles 116 et 126.
Lorsque l’option est reçue en
dehors du mariage, l’officier de
l’état civil ou son délégué fait
préciser au déclarant quels
sont, au moment de sa compa-
rution, ses liens matrimoniaux,
et se fait représenter, le cas
échéant, les actes de mariages
correspondants. L’option et l’in-
dication des mariages contrac-
tés sont ensuite notifiés admi-
nistrativement à l’officier de
l’état civil du lieu de naissance
du déclarant pour mention en
marge de son acte de naissan-
ce, dans les conditions prévues
à l’article 124.
Lorsque l’option est reçue par
le représentant de l’officier de
l’état civil, celui-ci transmet l’op-
tion et les pièces au centre
d’état civil, qui se charge dans
tous les cas d’assurer la notifi-
cation indiquée à l’alinéa précé-
dent.
Article 136
Régimes matrimoniaux
L’option relative aux régimes
matrimoniaux est réglée par les
dispositions du livre VI du pré-
sent Code.
SECTION V - SANCTION
DES REGLES DE
FORMATION DU MARIAGE
Article 137
Exercice de l’action
La nullité du mariage ne peut
être prononcée que par une
décision judiciaire.
Les deux époux doivent être
mis en cause, quelle que soit la
personne qui exerce l’action.
La nullité de l’acte de mariage
pour vice de forme ne peut pas
être demandée lorsque les inté-
ressés jouissent de la posses-
sion d’état d’époux légitimes.
SOUS-SECTION PREMIERE
- DES NULLITES
Paragraphe premier - Nullités
relatives
Article 138
Cas de nullités relatives
Qu’il ait été célébré par l’offi-
cier de l’état civil ou constaté
par lui ou son représentant, la
nullité du mariage peut être pro-
noncée:
1°) Pour vice du consente-
ment de l’un des conjoints si
son accord a été obtenu par la
violence ou donné à la suite
d’une erreur;
2°) Pour défaut d’autorisation
familiale;
3°) Pour non paiement de la
portion de la dot exigible à la
conclusion du mariage lorsque
les époux ont convenu d’en faire
une condition de leur union;
4°) Pour impuissance du mari;
5°) Pour maladie grave et
incurable rendant la cohabita-
tion préjudiciable lorsque le
conjoint l’a sciemment dissimu-
lée au moment du mariage.
Article 139
Ouverture de l’action
L’action en nullité appartient:
1°) A celui des époux dont le
consentement a été vicié;
2°) En cas de défaut d’autori-
sation familiale, à celui dont le
consentement était requis ou à
l’époux qui avait besoin de ce
consentement;
3°) A la femme en cas de non
paiement de la portion exigible
de la dot ou d’impuissance du
mari;
4°) Aucun joint de l’époux
atteint de maladie grave et incu-
rable.
Article 140
Fins de non recevoir
Toutefois l’action en nullité
cesse d’être recevable:
1°) Pour vice du consente-
ment, lorsqu’il y a eu cohabita-
tion pendant six mois depuis
que l’époux a acquis sa pleine
liberté ou que par lui l’erreur a
été reconnue;
2°) Pour défaut d’autorisation
familiale lorsque le mariage a
été approuvé expressément ou
tacitement, par celui dont le
consentement était nécessaire
ou, lorsque celui-ci, avant la
majorité de l’époux, a laissé
s’écouler une année sans exer-
cer l’action alors qu’il avait
CODE DE LA FAMILLE
26
VB.NET Image: Mark Photo, Image & Document with Polygon Annotation
SDK, which can be used to create the most common 7 types of annotations on various image files. What's more, if coupled with .NET PDF document imaging add-on
extract images from pdf acrobat; pdf image text extractor
VB.NET Image: Sharpen Images with DocImage SDK for .NET
VB.NET Coding. When you have made certain corrections in your VB.NET project photo or image files, you might want to sharpen your pictures before saving them
pdf extract images; extract images from pdf files
Sénégalais
connaissance du mariage, ou
enfin, si l’époux a atteint 18 ans
révolus sans avoir fait de récla-
mation.
3°) En cas d’impuissance du
mari ou de dissimulation de la
maladie grave et incurable de
l’un des conjoints, lorsque la
cohabitation s’est poursuivie
pendant plus d’un an.
Paragraphe Il - Nullités
absolues
Article 141
Cas de nullité absolue
Quelle que soit la forme du
mariage, sa nullité doit être pro-
noncée:
1°) Lorsqu’il a été contracté
sans le consentement de l’un
des époux;
2°) Lorsque les conjoints ne
sont pas de sexe différent;
3°) Lorsque l’un des époux
n’avait pas l’âge requis, en l’ab-
sence de dispense;
4°) Lorsqu’il existe entre les
conjoints un lien de parenté ou
d’alliance prohibant le mariage;
5°) Lorsque la femme était
dans les liens d’une union anté-
rieure non dissoute;
6°) Lorsque le mari ne pouvait
plus contracter une nouvelle
union en raison des dispositions
de l’article 133.
Article 142
Ouverture de l’action et fins
de non recevoir
L’action en nullité fondée sur
les dispositions de l’article pré-
cédent, peut être exercée:
- Par les époux eux-mêmes;
-Par toute personne qui y a
intérêt;
-Par le ministère public, du
vivant des deux époux.
Elle est imprescriptible.
Si, l’action étant basée sur
l’existence d’un mariage anté-
rieur, l’un des époux ou ses
ayants cause invoque la nullité
de cette précédente union, il
sera préalablement statué sur la
validité ou la nullité de ce maria-
ge, après mise en cause de
l’autre conjoint de ladite union
ou de ses ayants cause.
Lorsque  l’un  des  époux
n’avait pas l’âge requis, la nullité
ne peut être invoquée après
qu’il ait atteint cet âge ou
lorsque la femme a conçu, à
moins que l’action ne soit inten-
tée par la femme elle-même.
En tout autre cas la nullité ne
peut être couverte.
Paragraphe III - Effet des
nullités
Article 143
Autorité de la chose jugée et
transcription
Le jugement prononçant la
nullité du mariage possède l’au-
torité de la chose jugée à
l’égard de tous du jour de l’ac-
complissement des formalités
prévues à l’article 99.
Le dispositif de la décision
prononçant la nullité est men-
tionné à la diligence du ministè-
re public en marge de l’acte de
mariage et de l’acte de naissan-
ce de chacun des époux. Si le
mariage a été célébré à l’étran-
ger ou si les époux sont nés
hors du Sénégal, le dispositif est
transcrit sur les registres de
l’état civil du 1er arrondissement
de la commune de Dakar.
Article 144
Date des effets
Le mariage nul produit ses
effets, comme s’il avait été
valable, jusqu’au jour où la déci-
sion prononçant la nullité est
devenue définitive, il est réputé
dissous à compter de ce jour.
Ces dispositions ne s’oppo-
sent pas à la validité d’un nou-
veau mariage contracté avant
l’annulation.
En ce qui concerne les biens,
la dissolution remonte quant à
ses effets entre les époux au
jour de la demande; elle n’est
opposable aux tiers que du jour
de l’accomplissement des for-
malités prévues à l’article 143.
Article 145
Bonne ou mauvaise foi des
époux
Le jugement prononçant la
nullité doit, en toute hypothèse
statuer sur la bonne foi de l’un
et l’autre des époux; celle-ci est
présumée.
Si les deux époux sont décla-
rés de mauvaise foi, le mariage
est réputé n’avoir jamais existé,
tant dans les rapports des
époux entre eux que dans leurs
rapports avec les tiers.
Lorsqu’un seul des époux est
déclaré de mauvaise foi, le
mariage seul est réputé n’avoir
jamais existé, tant dans les rap-
ports des époux entre eux que
dans leurs rapports avec les
tiers,
Lorsqu’un seul des époux est
déclaré de mauvaise de foi, le
mariage nul est réputé n’avoir
jamais existé à son égard tandis
que l’autre peut se prévaloir des
dispositions de l’article 144.
Les enfants issus du mariage,
ou légitimes, conservent à
l’égard de leurs auteurs et des
tiers la qualité qui leur avait été
conférée par le mariage sans
que l’époux de mauvaise foi
puisse s’en prévaloir à leur
encontre.
SOUS SECTION Il -
INOPPOSABILITE DU
MARIAGE NON CONSTATE
Article 146
Sanction de l’absence de la
constatation
Lorsque les époux ont choisi
de ne pas faire célébrer leur
mariage par l’officier de l’état
civil, si pour une raison quel-
conque la conclusion de leur
union n’a pas été constatée par
l’officier de l’état civil ou son
représentant, le mariage non
constaté est valable, mais ils ne
peuvent s’en prévaloir à l’égard
CODE DE LA FAMILLE
27
Sénégalais
de  l’Etat,  des  collectivités
publiques et des établissements
publics ou privés pour prétendre
notamment au bénéfice des
avantages familiaux.
En outre, faute par les époux
de satisfaire sans motif estimé
valable par le juge aux disposi-
tions mises à leur charge par les
articles 125 et 130, ils seront
condamnés à une amende de
3.000 à 18.000 francs.
Article 147
Déclaration tardive du maria-
ge
Dans  les  six mois de la
conclusion du mariage, les
époux doivent se présenter per-
sonnellement devant l’officier de
l’état civil dans la circonscription
duquel le mariage a été contrac-
té, accompagnés chacun de
deux témoins majeurs qui, ayant
assisté au mariage, certifient de
l’échange des consentements.
L’officier de l’état civil accom-
plit les autres formalités pres-
crites par l’article 126 et fait pré-
ciser aux époux et aux témoins
la date, le lieu et les circons-
tances dans lesquelles l’union a
été contractée.
L’officier de l’état civil dresse
l’acte de mariage conformément
à l’article 66. Il en donne lecture
aux comparants, le signe et le
fait signer par eux, mention
étant faite éventuellement de ce
qu’ils savent ou ne peuvent
signer.
Il est délivré à l’épouse un
exemplaire de l’acte de mariage
constitué par le volet n° 1 et, au
mari, un livret de famille.
L’officier de l’état civil se
conforme aux prescriptions de
l’article 124.
La déclaration tardive du
mariage permet aux époux de
se prévaloir des effets du lien
matrimonial.
SECTION VI - EFFETS
EXTRA-MATRIMONIAUX
DU MARIAGE
Article 148
Identité des effets civils du
mariage
A compter du mariage, tous
les effets civils se produisent
quelle que soit la forme choisie
par les époux, que leur union ait
été célébrée ou constatée par
l’officier de l’état civil ou son
délégué ou qu’elle ait été décla-
rée tardivement.
Paragraphe premier - Droits
et devoirs réciproques des
époux
Article 149
Cohabitation
Les époux s’obligent à la
communauté de vie. Ils se doi-
vent respect et affection.
En cas de polygamie, chaque
épouse peut prétendre à l’égali-
té de traitement par rapport aux
autres.
Article 150
Fidélité
Les époux se doivent mutuel-
lement fidélité.
Article 151
Secours et assistance
Les époux se doivent soins et
assistance réciproques pour la
sauvegarde des intérêts moraux
et matériels du ménage et des
enfants.
Paragraphe Il - Droits et
devoirs particuliers au mari
Article 152
Puissance maritale
Le mari est le chef de la famil-
le, il exerce ce pouvoir dans l’in-
térêt commun du ménage et des
enfants.
Article 153
Résidence du ménage
Le choix de la résidence du
ménage appartient au mari; la
femme est tenue d’y habiter
avec lui et il est tenu de l’y rece-
voir.
Lorsque la résidence fixée par
le mari présente pour la famille
des dangers d’ordre physique
ou d’ordre moral, la femme
peut, par exception, être autori-
sée à avoir pour elle et ses
enfants un autre domicile fixé
par le juge de paix.
Article 154
(Abrogé par la loi n°89-01 du
17 janvier 1989)
Paragraphe III - Droits et
devoirs des époux à l’égard
des enfants
Article 155
Devoirs
Le mariage crée la famille
légitime.
Les  époux  contractent
ensemble, par leur mariage,
l’obligation de nourrir, entretenir,
élever et éduquer leurs enfants.
Les modalités d’exécution de
l’obligation  d’entretenir les
enfants sont réglées avec les
charges du mariage au Livre VI,
Chapitre 1er, du présent Code.
Article 156
Puissance paternelle
Les droits que les parents
peuvent  exercer  sur  leurs
enfants pour remplir les obliga-
tions qui leur incombent sont
réglés au Livre V, Titre 1er du
présent Code.
CODE DE LA FAMILLE
28
Sénégalais
CHAPITRE II
DIVORCE
Article 157
Définition
Le divorce peut résulter du
consentement  mutuel  des
époux constaté par le juge de
paix ou d’une décision judiciaire
prononçant la dissolution du
mariage à la demande de l’un
des époux.
SECTION PREMIERE - DU
DIVORCE PAR
CONSENTEMENT MUTUEL
Article 158
Conditions de fonds
Le consentement de chacun
des époux n’est valable que s’il
émane d’une volonté libre, éclai-
rée et exempte de vice.
Ce consentement doit porter
non seulement sur la rupture du
lien conjugal mais aussi sur la
situation des anciens époux
quant aux biens qu’ils possè-
dent et sur le sort réservé aux
enfants issus du mariage.
Les époux ont toute liberté
pour régler de ces questions
sous réserve du respect dû à
l’ordre public et aux bonne
moeurs.  Sont  considérés
comme  relevant  de  l’ordre
public toutes les dispositions
concernant l’intérêt de l’enfant
telles que les obligations qui
incombent aux parents quant à
l’entretien, la garde, l’éducation,
la sécurité et la moralité des
enfants.
Article 159
Etablissement de la demande
Pour faire reconnaître leur
divorce, les époux doivent se
rendre ensemble et en person-
ne devant le juge de paix de
leur domicile, lui présenter par
écrit ou verbalement leur acte
de mariage, le livret de famille,
ainsi que, s’il y a lieu, les actes
de naissance et de décès de
tous les enfants issus du maria-
ge.
Article 160
Pièces annexes à la demande
La demande en divorce doit
être obligatoirement accompa-
gnée d’une déclaration écrite ou
orale précisant quelle sera la
situation respective des anciens
époux quant aux biens qu’ils
possèdent et le sort réservé aux
enfants nés du mariage. Toute
déclaration faite oralement sera
recueillie par le greffier. Dans
cette déclaration il est fait inven-
taire de tous les biens meubles
et immeubles appartenant aux
époux et il est indiqué l’attribu-
tion qui en sera faite à chacun
d’eux. Toutefois, si quelque bien
était omis, il en sera disposé
suivant les règles du régime
matrimonial des époux.
Concernant les enfants, la
déclaration précise à qui la
garde en sera confiée et par qui
la puissance paternelle sera
exercée. Elle mentionne le mon-
tant des sommes qui, le cas
échéant, seront versées par
l’époux non gardien pour subve-
nir à l’éducation desdits enfants.
Article 161
Pouvoir du juge
Lorsque les pièces prévues à
l’article précédent ont été four-
nies ou établies, les époux se
présentent en personne devant
le juge de paix assisté du gref-
fier. Le juge de paix leur fait les
observations qu’il estime conve-
nables et s’assure de ce que
leur consentement présente
toutes les qualités exigées par
la loi. Il leur donne lecture de la
déclaration écrite qu’ils ont
déposée ou leur fait donner lec-
ture de celle consignée par le
greffier. Il pose aux époux toute
question qu’il juge utile tant en
ce qui concerne la répartition
des biens que le sort réservé
aux enfants et leur fait préciser
qu’ils sont bien d’accord sur
tous les points réglés.
S’il estime que la volonté des
époux s’est manifestée libre-
ment et s’il ne relève dans leur
accord  aucune  disposition
contraire à la loi, à l’ordre public
ou aux bonnes moeurs, le juge
de paix retient l’affaire et rend
sur le champ un jugement
constatant le divorce.
S’il estime au contraire que
certaines des solutions adop-
tées ne sont pas conformes à la
légalité, à l’ordre public ou aux
bonnes moeurs, il en avertit les
parties, les engage à modifier
leurs accords et, le cas échéant,
les renvoie à une audience ulté-
rieure qui ne peut être fixée au
delà d’un mois. Toutefois si les
parties, se rendant à ses obser-
vations, modifient leurs accords,
il peut retenir l’affaire et rendre
aussitôt son jugement.
Si  le juge estime  que le
consentement de l’une des par-
ties n’a pas été exprimé dans
les conditions voulues par la loi,
il rejette la demande.
Article 162
Jugement
Le jugement constatant le
divorce  par  consentement
mutuel est rédigé dans la forme
des jugements ordinaires. Il
mentionne expressément dans
son dispositif que le consente-
ment des époux a été librement
donné et que rien dans les
accords relatifs à la situation
des biens et au sort réservé aux
enfants n’apparaît comme étant
contraire à l’ordre public ou aux
bonnes moeurs.
Article 163
Publicité du jugement
Le juge de paix porte indica-
tion du jugement de divorce sur
le livret de famille en faisant
référence à la date et au numé-
ro du jugement et remet une
copie du jugement à chacun des
époux.
Il adresse, dans le délai maxi-
mum de huit jours, une expédi-
tion du jugement à l’officier de
l’état civil du lieu où le mariage
CODE DE LA FAMILLE
29
Sénégalais
a été célébré aux fins de men-
tion en marge de l’acte de
mariage  et  de  mention en
marge de l’acte de naissance de
chacun des deux époux en don-
nant avis s’il y a lieu à l’officier
de l’état civil qui en est déposi-
taire conformément aux déposi-
tions de l’article 46.
Dans le cas de mariage célé-
bré à l’étranger par les autorités
diplomatiques ou consulaires
sénégalaises l’expédition du
jugement  est  adressée  au
Ministre des Affaires étrangères
et à l’officier de l’état civil du
premier arrondissement de la
commune de Dakar.
Article 164
Effets du divorce par consen-
tement mutuel
Le jugement de divorce par
consentement mutuel dissout le
lien matrimonial et rend exécu-
toires les conventions établies
par les époux en ce qui concer-
ne leurs biens et les enfants
issus du mariage.
Ces effets se produisent à
l’égard des époux du jour où le
jugement a été rendu et, à
l’égard des tiers, à compter de
sa mention sur les registres de
l’état civil.
Toutefois, lorsque l’un des
époux est commerçant, les dis-
positions de l’accord concernant
les biens ne sont opposables à
ses créanciers que passé un
délai de 3 mois à compter de la
mention du jugement au registre
du commerce et de l’insertion
d’un avis donné dudit jugement
dans un journal d’annonces
légales paraissant dans le res-
sort de la justice de paix.
Pendant ce délai calculé à
compter de l’accomplissement
de la dernière en date de ces
formalités, l’accord n’est pas
opposable aux créanciers de
l’époux commerçant qui exer-
cent leurs poursuites sur les
biens meubles qu’ils estiment lui
appartenir, à charge par eux de
faire la preuve du droit de pro-
priété de leur débiteur devant le
juge chargé des poursuites. Les
mutations immobilières consé-
cutives à l’accord des époux ne
peuvent être opérées qu’à l’ex-
piration du délai indiqué ci-des-
sus en l’absence d’opposition
signifiée au conservateur de la
propriété foncière du lieu de
situation de l’immeuble par le
créancier poursuivant.
SECTION Il - DU DIVORCE
CONTENTIEUX
Paragraphe premier -
Causes du divorce
Article 165
Principe
Chacun des époux peut agir
en divorce  en fondant son
action sur l’une des causes
admises par la loi.
Article 166
Causes du divorce
Le divorce peut-être pronon-
cé:
- Pour absence déclarée de
l’un des époux;
- Pour adultère de l’un des
époux;
- Pour condamnation de l’un
des époux à une peine infaman-
te;
- Pour défaut d’entretien de la
femme par le mari;
- Pour refus de l’un des époux
d’exécuter les engagements pris
en vue de la conclusion du
mariage;
- Pour abandon de la famille
ou du domicile conjugal;
- Pour mauvais traitements,
excès, sévices ou injures graves
rendant l’existence en commun
impossible;
- Pour stérilité définitive médi-
calement établie;
- Pour maladie grave et incu-
rable de l’un des époux décou-
verte pendant le mariage;
- Pour incompatibilité d’hu-
meur rendant intolérable le
maintien du lien conjugal.
Paragraphe Il - Procédure de
divorce
Article 167
Demande en divorce
L’époux demandeur en divor-
ce doit, en personne, présenter
au juge de paix du domicile de
l’épouse une requête écrite ou
verbale, indiquant les causes du
divorce invoquées.
Lorsque  la  demande  est
orale, elle est aussitôt constatée
par les soins du greffier et
signée du demandeur. Mention
est faite, s’il y a lieu, qu’il ne le
sait ou ne le peut.
Article 168
Rôle du juge
Le juge de paix, après avoir
entendu  le  demandeur,  lui
adresse les observations qu’il
estime  convenables.  Si  le
demandeur persiste dans sa
décision, il ordonne que les
époux comparaissent tous deux
devant lui au jour et à l’heure
qu’il indique et fait en même
temps convoquer le défendeur.
Le juge de paix indique au
demandeur qu’il doit obligatoire-
ment déposer au greffe une
copie de l’acte de mariage ainsi
que, le cas échéant, les actes
de naissance et de décès de
tous les enfants issus du maria-
ge.
Il peut enfin autoriser provisoi-
rement, en  cas  d’urgence,
l’époux demandeur à avoir une
résidence séparée et prendre
toutes mesures provisoires qui
s’imposent relativement aux
enfants.
Si le défendeur réside dans
un autre ressort judiciaire, le
juge de paix donne commission
rogatoire au magistrat compé-
tent pour qu’il soit donné avis à
l’autre époux de la demande
présentée et que ses observa-
tions soient recueillies en pareil
cas; dès réception du procès-
verbal d’exécution de la com-
mission rogatoire, le juge de
paix convoque l’époux deman-
CODE DE LA FAMILLE
30
Documents you may be interested
Documents you may be interested