mvc open pdf in new tab : Extract pdf images SDK software service wpf winforms web page dnn CIMA_Code_assurances0-part992

www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurances) 
1/127
CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés 
d’Assurances) 
Code des Assurances 
Annexe au Traité instituant la CIMA du 10 juillet 1992 
[NB - Le Code des Assurances de la CIMA est applicable dans les pays suivants :  
Bénin,  
Burkina,  
Cameroun,  
Centrafrique, 
Côte d’Ivoire,  
Gabon,  
Guinée Bissau, 
Guinée Equatoriale,  
Mali,  
Niger,  
Sénégal,  
Tchad, 
Togo.
Sommaire 
Livre 1 - Le contrat..................................................................................................................3 
Titre 1 - Règles communes...............................................................................................................................3
Titre 2 - Règles relatives aux assurances de dommages non-maritimes......................................................8
Titre 3 - Règles relatives aux assurances de personnes et aux contrats de capitalisation........................12
Titre 4 - Les assurances de groupe................................................................................................................18
Titre 5 - Dispositions transitoires..................................................................................................................19
Livre 2 - Les assurances obligatoires ...................................................................................21 
Titre 1 - L’assurance des véhicules terrestres à moteur et de leurs remorques et semi-remorques.......21
Titre 2 - L’assurance des facultés à l’importation.......................................................................................34
Titre 3 - Dispositions transitoires..................................................................................................................34
Extract pdf images - Select, copy, paste PDF images in C#.net, ASP.NET, MVC, Ajax, WinForms, WPF
Support PDF Image Extraction from a Page, a Region on a Page, and PDF Document
some pdf image extractor; extract image from pdf java
Extract pdf images - VB.NET PDF Image Extract Library: Select, copy, paste PDF images in vb.net, ASP.NET, MVC, Ajax, WinForms, WPF
Support PDF Image Extraction from a Page, a Region on a Page, and PDF Document
extract image from pdf online; extract pdf pages to jpg
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Code des Assurances 
2/127
Livre 3 - Les entreprises........................................................................................................35 
Titre 1 - Dispositions générales et contrôle..................................................................................................35
Titre 2 - Régime administratif.......................................................................................................................43
Titre 3 - Régime financier..............................................................................................................................64
Titre 4 - Dispositions transitoires..................................................................................................................73
Livre 4 - Règles comptables applicables aux organismes d’assurance.............................77 
Chapitre 1 - Principes généraux....................................................................................................................77
Chapitre 2 - La comptabilité des entreprises d’assurance et de capitalisation.........................................77
Chapitre 3 - Plan comptable particulier à l’assurance et à la capitalisation.............................................85
Livre 5 - Agents généraux, courtiers et autres intermédiaires........................................111 
Titre 1 - Règles communes aux intermédiaires d’assurance....................................................................111
Titre 2 - Garantie financière........................................................................................................................115
Titre 3 - Règles spécifiques relatives aux agents généraux et aux courtiers............................................116
Titre 4 - Sanctions - Pénalités......................................................................................................................118
Titre 5 - Dispositions transitoires................................................................................................................119
Livre 6 - Organismes particuliers d’assurance.................................................................121 
Chapitre 1 - Le Fonds de Garantie Automobile........................................................................................121
Index......................................................................................................................................123 
C# PDF Text Extract Library: extract text content from PDF file in
Ability to extract highlighted text out of PDF document. Image text extraction control provides text extraction from PDF images and image files.
extract images from pdf c#; extract images from pdf files without using copy and paste
VB.NET PDF Text Extract Library: extract text content from PDF
Extract highlighted text out of PDF document. Image text extraction control provides text extraction from PDF images and image files.
extract images from pdf; extract image from pdf c#
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
3/127
Livre 1 - Le contrat 
Titre 1 - Règles communes  
aux assurances de dommages 
non maritimes et assurances 
de personnes 
Chapitre 1 - Dispositions générales 
Art.1.- Domaine d’application 
Les titres 1, 2 et 3 du présent livre ne concernent 
que les assurances terrestres. Ils ne sont applicables 
ni aux assurances maritimes, ni aux assurances flu-
viales, ni aux réassurances conclues entre assureurs 
et réassureurs. Les opérations d’assurance crédit ne 
sont pas régies par les titres mentionnés au premier 
alinéa. 
Art.2.- Dispositions impératives 
Ne peuvent être modifiées par convention les pres-
criptions des titres 1, 2 et 3 du présent livre, sauf 
celles qui donnent aux parties une simple faculté et 
qui sont limitativement énumérées dans les articles 
4 alinéa 2, 5, 9, 10, 35 à 38, 42, 45, 46, 50, 51, 53, 
58 et 72. 
Art.3.- Souscription de contrats non libellés en 
francs CFA - Interdiction 
Il est interdit aux personnes physiques résidant sur 
le territoire d’un Etat membre de la CIMA et aux 
personnes morales pour leurs établissements situés 
sur le territoire d’un Etat membre de la CIMA de 
souscrire  des  contrats  d’assurance  directe  ou  de 
rente viagère non libellés en FCFA, sauf autorisa-
tion du Ministre en charge des assurances de l’Etat 
membre. 
Sont nuls de plein droit les contrats souscrits à da-
ter de l’application du présent Code en infraction 
aux dispositions du présent article. 
Les sociétés d’assurance qui bénéficient d’une dé-
rogation pour libeller des contrats en devises sont 
assimilées  à  des  détenteurs  agréés  de devises  et 
doivent effectuer auprès des banques centrales une 
déclaration de leurs engagements et avoirs en devi-
ses. 
Art.4.- Réassurance - Coassurance (Décision du 
Conseil des Ministres du 20 avril 1995) 
Dans tous les cas où l’assureur se réassure contre 
les risques qu’il a assurés, il reste seul responsable 
vis-à-vis de l’assuré. 
Plusieurs  risques  différents,  notamment  par  leur 
nature ou par  leur taux, peuvent être assurés par 
une police unique. 
Plusieurs assureurs qui opèrent au sein d’un même 
Etat, peuvent également s’engager par une police 
unique. En cas de sinistre, il n’y a pas de solidarité 
entre  les  Coassureurs  dans  leurs  rapports  avec 
l’assuré. 
Chapitre 2 - Conclusion et preuve 
du contrat d’assurance - Forme et 
transmission des polices 
Art.5.- Mandat - Assurance pour compte 
L’assurance  peut  être  contractée  en  vertu  d’un 
mandat général ou spécial ou même sans mandat, 
pour le compte d’une personne déterminée. Dans ce 
dernier cas, l’assurance profite à la personne pour 
le  compte  de  laquelle  elle  a  été  conclue,  alors 
même que la ratification n’aurait lieu qu’après le 
sinistre. 
L’assurance  peut  aussi  être  contractée  pour  le 
compte de qui il appartiendra. 
La clause vaut tant comme assurance au profit du 
souscripteur  du  contrat,  que  comme  stipulation 
pour autrui au profit du bénéficiaire connu ou éven-
tuel de ladite clause. 
Le souscripteur d’une assurance contractée pour le 
compte  de  qui  il  appartiendra  est  seul  tenu  au 
paiement de la prime envers l’assureur ; les excep-
tions que l’assureur pourrait lui opposer sont éga-
lement opposables au bénéficiaire du contrat, quel 
qu’il soit. 
Art.6.-  Proposition  d’assurance  - Modification 
du contrat (Décision du Conseil des Ministres du 
20/4/99
VB.NET PDF Page Extract Library: copy, paste, cut PDF pages in vb.
VB.NET: Extract All Images from PDF Document. This is an example that you can use it to extract all images from PDF document. ' Get page 3 from the document.
how to extract images from pdf files; extract image from pdf in
C# Create PDF from images Library to convert Jpeg, png images to
Create PDF from Images. |. Home ›› XDoc.PDF ›› C# PDF: Create PDF from Images. C#.NET PDF - Create PDF from Images in C# with XDoc.NET PDF Control.
how to extract images from pdf in acrobat; pdf image text extractor
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
4/127
La proposition d’assurance n’engage ni l’assuré, ni 
l’assureur ; seule la police ou la note de couverture 
constate leur engagement réciproque. 
L’assureur est tenu avant la conclusion du contrat 
de fournir une fiche d’information sur le prix, les 
garanties et les exclusions. 
Est considérée comme acceptée la proposition faite 
par lettre recommandée avec accusé de réception, 
par lettre contresignée ou par tout autre moyen fai-
sant foi de la date de réception, de prolonger ou de 
modifier un contrat, ou de remettre en vigueur un 
contrat suspendu, si l’assureur ne refuse pas dans 
les quinze jours après qu’elle lui soit parvenue. 
Les dispositions de l’alinéa précédent ne sont pas 
applicables aux assurances sur la vie. 
Art.7.- Preuve du contrat, avenant, note de cou-
verture 
Le contrat d’assurance est rédigé par écrit dans la 
ou les langues officielles de l’Etat membre de la 
CIMA en caractères apparents.  Lorsque, avant la 
conclusion du contrat, l’assureur a posé des ques-
tions par écrit à l’assuré, notamment par un formu-
laire  de  déclaration  du  risque  ou  par  tout  autre 
moyen, il ne peut se prévaloir du fait qu’une ques-
tion exprimée en termes généraux n’a reçu qu’une 
réponse imprécise. 
Toute  addition  ou  modification  au  contrat 
d’assurance primitif doit être constatée par un ave-
nant signé des parties. 
Les présentes dispositions ne font pas obstacle à ce 
que, même avant la délivrance de la police ou de 
l’avenant, l’assureur et l’assuré ne soient engagés 
l’un à l’égard de l’autre par la remise d’une note de 
couverture. 
Art.8.- Mentions du contrat d’assurance 
Les polices d’assurance doivent indiquer : 
les noms et domiciles des parties contractan-
tes ; 
la chose ou la personne assurée ; 
la nature des risques garantis ; 
le moment à partir duquel le risque est garanti 
et la durée de cette garantie ; 
le montant de cette garantie ; 
la prime ou la cotisation de l’assurance ; 
les conditions de la tacite reconduction, si elle 
est stipulée ; 
les cas et conditions de prorogation ou de rési-
liation du contrat ou de cessation de ses effets ; 
les obligations de l’assuré, à la souscription du 
contrat et éventuellement en cours de contrat, 
en ce qui concerne la déclaration du risque et 
la déclaration des autres assurances couvrant 
les mêmes risques ; 
les conditions et modalités de la déclaration à 
faire en cas de sinistre ; 
le  délai  dans  lequel  les  indemnités  sont 
payées ; 
pour les assurances autres que les assurances 
contre les risques de responsabilité, la procé-
dure et les principes relatifs à l’estimation des 
dommages en vue de la détermination du mon-
tant de l’indemnité ; 
la prescription des actions dérivant du contrat 
d’assurance ; 
les formes de résiliation ainsi que le délai de 
préavis. 
Les clauses des polices édictant des nullités, des 
déchéances ou des exclusions ne sont valables que 
si elles sont mentionnées en caractères très appa-
rents. 
Les polices des sociétés d’assurance mutuelles doi-
vent constater la remise à l’adhérent du texte entier 
des statuts de la société. 
Art.9.- Transmission de la police d’assurance 
La police d’assurance peut être à personne dénom-
mée, à ordre ou au porteur. 
Les  polices  à  ordre  se  transmettent  par  voie 
d’endossement, même en blanc. 
La police d’assurance sur la vie peut être à ordre. 
Elle ne peut être au porteur. 
L’endossement d’une police d’assurance sur la vie 
à ordre doit, à peine de nullité, être daté, indiquer le 
nom du bénéficiaire de l’endossement et être signé 
de l’endosseur. 
Art.10.- Opposabilité des exceptions 
L’assureur peut opposer au porteur de la police ou 
au tiers qui en invoque le bénéfice, les exceptions 
opposables au souscripteur originaire. 
Chapitre 3 - Obligations de 
l’assureur et de l’assuré 
Art.11.-  Exclusions  et  faute  intentionnelle  ou 
dolosive 
Les pertes et les dommages occasionnés par des cas 
fortuits ou causés par la faute de l’assuré sont à la 
C# PDF Page Extract Library: copy, paste, cut PDF pages in C#.net
Page: Extract, Copy and Paste PDF Pages. Easy to Use C# Code to Extract PDF Pages, Copy Pages from One PDF File and Paste into Others in C#.NET Program.
extract images from pdf acrobat; extract photos pdf
C# PDF Convert to Images SDK: Convert PDF to png, gif images in C#
C#.NET PDF SDK - Convert & Render PDF to Images in C#.NET. Free .NET DLLs for converting PDF to images in both .NET WinForms and ASP.NET application.
extract pictures pdf; extract text from pdf image
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
5/127
charge  de  l’assureur,  sauf  exclusion  formelle  et 
limitée contenue dans la police. 
Toutefois,  l’assureur  ne répond  pas  des  pertes  et 
dommages provenant d’une faute intentionnelle ou 
dolosive de l’assuré. 
La charge de la preuve du caractère intentionnel de 
la faute appartient à l’assureur. 
Art.12.- Obligations de l’assuré 
L’assuré est obligé : 
1°  de  payer  la  prime  ou  cotisation  aux  époques 
convenues ; 
2°  de  répondre  exactement  aux  questions  posées 
par  l’assureur,  notamment  dans  le  formulaire  de 
déclaration  du  risque  par  lequel  l’assureur 
l’interroge lors de la conclusion du contrat, sur les 
circonstances qui sont de nature à faire apprécier 
par l’assureur les risques qu’il prend en charge ; 
3° de déclarer, en cours de contrat, les circonstan-
ces  nouvelles  qui  ont  pour  conséquence,  soit 
d’aggraver les risques, soit d’en créer de nouveaux 
et rendent de ce fait inexactes ou caduques les ré-
ponses faites à l’assureur, notamment dans le for-
mulaire mentionné au 2° ci-dessus. 
L’assuré doit, par lettre recommandée ou contresi-
gnée, déclarer ces circonstances à l’assureur dans 
un délai de quinze jours à partir du moment où il en 
a eu connaissance. 
En cas de lettre contresignée, un récépissé servant 
de preuve doit être délivré à l’assuré ; 
4° de donner avis à l’assureur, dès qu’il en a eu 
connaissance et au plus tard dans le délai fixé par le 
contrat, de tout sinistre de nature à entraîner la ga-
rantie de l’assureur. Ce délai ne peut être inférieur à 
cinq jours ouvrés. 
En cas de vol ou en cas de sinistre mortalité de bé-
tail, ce délai est fixé à 48 heures. 
Les  délais ci-dessus  peuvent être  prolongés  d’un 
commun accord entre les parties contractantes. 
Les dispositions mentionnées aux 1°, 3° et 4° ci-
dessus ne sont pas applicables aux assurances sur la 
vie. 
Art.13.-  Paiement  de  la  prime (Décision du 
Conseil des Ministres du 20 Avril 2000
Sauf convention contraire, la prime est payable au 
domicile  de  l’assureur  ou  du mandataire désigné 
par lui à cet effet et titulaire d’un mandat écrit. 
La  prise  d’effet  du  contrat  est  subordonnée  au 
paiement de la prime par l’assuré. 
Lorsqu’une prime ou fraction de prime d’un contrat 
renouvelé par tacite reconduction est impayée dix 
jours après son échéance, la garantie ne peut être 
suspendue  que  trente  jours  après  la  mise  en  de-
meure de l’assuré. Au cas où la prime annuelle a 
été fractionnée, la suspension de la garantie, inter-
venue en cas de non paiement d’une des fractions 
de  prime,  produit  ses  effets  jusqu’au  terme  du 
contrat sans qu’il soit besoin de la renouveler. 
Le contrat non résilié reprend pour l’avenir ses ef-
fets, à midi le lendemain du jour où ont été payés, à 
l’assureur ou au mandataire désigné par lui à cet 
effet, la prime arriérée ou, en cas de fractionnement 
de la prime annuelle, les fractions de prime ayant 
fait l’objet de la mise en demeure et celles venues à 
échéance  pendant  la période  de suspension  ainsi 
que, éventuellement, les frais de poursuites et de 
recouvrement. 
L’assureur ne peut, par une clause du contrat, déro-
ger à l’obligation de la mise en demeure. 
La  mise  en  demeure  ou  la  résiliation  pour  non 
paiement de prime doit se faire par lettre recom-
mandée ou lettre contresignée. 
Toutefois, l’assureur qui aura donné sa garantie, en 
fixant une date de prise d’effet dans les documents 
contractuels sans pour autant que la prime ait été 
payée,  ne  pourra  en  aucun  cas  se  prévaloir  de 
l’alinéa 2 pour refuser la prise en charge d’un sinis-
tre  qui  surviendrait  lorsque  les  dispositions  de 
l’alinéa 3 n’auront pas été mises en application. 
Les dispositions des alinéas 2 à 7 du présent article 
ne sont pas applicables aux assurances sur la Vie. 
Art.14.- Avis d’échéance 
Pour les contrats à  tacite  reconduction, à chaque 
échéance de prime, l’assureur est tenu d’aviser à la 
dernière adresse connue, au moins quinze jours à 
l’avance, l’assuré, ou la personne chargée du paie-
ment des primes, de la date d’échéance et du mon-
tant de la somme dont il est redevable. 
Art.15.- Aggravation et modification du risque 
En cas d’aggravation du risque en cours de contrat, 
telle que, si les circonstances nouvelles avaient été 
déclarées lors de la conclusion ou du renouvelle-
C# PDF Convert to Jpeg SDK: Convert PDF to JPEG images in C#.net
Following demo code will show how to convert all PDF pages to Jpeg images with C# .NET. // Load a PDF file. String inputFilePath
extract pdf images; some pdf image extract
C# PDF insert image Library: insert images into PDF in C#.net, ASP
Powerful .NET PDF image edit control, enable users to insert vector images to PDF file. Merge several images into PDF. Insert images into PDF form field.
extract photos from pdf; extract images from pdf files
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
6/127
ment du contrat, l’assureur n’aurait pas contracté 
ou ne l’aurait fait que moyennant une prime plus 
élevée, l’assureur a la faculté, soit de dénoncer le 
contrat  en  remboursant la fraction de  prime non 
courue, soit  de  proposer  un nouveau  montant  de 
prime. 
Les dispositions du présent article ne sont applica-
bles ni aux assurances sur la vie, ni à l’assurance 
maladie lorsque l’état de santé de l’assuré se trouve 
modifié. 
Si, pour la fixation de la prime, il a été tenu compte 
de  circonstances  spéciales,  mentionnées  dans  la 
police, aggravant les risques, et si ces circonstances 
viennent  à  disparaître  au  cours  de  l’assurance, 
l’assuré a le droit de résilier le contrat, sans indem-
nité, si l’assureur ne consent pas la diminution de 
prime  correspondante,  d’après  le  tarif  applicable 
lors de la souscription du contrat. 
L’assureur  ne  peut  plus  se  prévaloir  de 
l’aggravation des risques quand, après en avoir été 
informé  de  quelque  manière  que  ce  soit,  il  a 
consenti au maintien de l’assurance. 
Art.16.- Obligations de l’assureur 
Lors de la réalisation du risque ou à l’échéance du 
contrat,  l’assureur  doit  exécuter  dans  le  délai 
convenu la prestation déterminée par le contrat et 
ne peut être tenu au-delà. 
L’assureur  ne  couvre  pas  les  sinistres  survenus 
après expiration ou suspension du contrat. 
Art.17.- Faillite ou liquidation judiciaire 
L’assurance subsiste en cas de faillite ou de liqui-
dation judiciaire de l’assuré. Le syndic ou le débi-
teur autorisé par le juge ou le liquidateur selon le 
cas et l’assureur conservent le droit de résilier le 
contrat pendant un délai de trois mois à compter de 
la date  du jugement de faillite  ou de liquidation 
judiciaire. La portion de prime afférente au temps 
pendant lequel l’assureur ne couvre plus le risque 
est restituée au débiteur. 
En cas de faillite d’une entreprise d’assurance, les 
contrats qu’elle détient dans son portefeuille ces-
sent de plein droit d’avoir effet le quarantième jour 
à midi, à compter de la publication dans un journal 
d’annonces  légales,  de  la  décision  du  retrait  de 
l’agrément. Les primes sont dues proportionnelle-
ment à la période de garantie. Le syndic peut sur-
seoir au paiement des sinistres. 
Art.18.- Fausse déclaration intentionnelle : sanc-
tions 
Indépendamment des causes ordinaires de nullité, 
et sous réserve des dispositions de l’article 80, le 
contrat d’assurance est nul en cas de réticence ou 
de fausse déclaration intentionnelle de  la part de 
l’assuré, quand cette réticence ou cette fausse dé-
claration change l’objet du risque ou en diminue 
l’opinion pour l’assureur, alors même que le risque 
omis ou dénaturé par l’assuré a été sans influence 
sur le sinistre. 
Les  primes  payées  demeurent  alors  acquises  à 
l’assureur, qui  a droit  au  paiement de  toutes les 
primes échues à titre de dommages et intérêts. 
Les dispositions du second alinéa du présent article 
ne sont pas applicables aux assurances sur la vie. 
Art.19.- Fausse déclaration non intentionnelle 
L’omission ou la déclaration inexacte de la part de 
l’assuré  dont  la  mauvaise  foi  n’est  pas  établie 
n’entraîne pas la nullité de l’assurance. 
Si elle est constatée avant tout sinistre, l’assureur a 
le droit soit de maintenir le contrat, moyennant une 
augmentation de prime acceptée par l’assuré, soit 
de  résilier  le  contrat  dix  jours après notification 
adressée  à  l’assuré  par  lettre  recommandée  ou 
contresignée, en restituant la portion de la  prime 
payée pour le temps où l’assurance ne court plus. 
Dans le cas où la constatation n’a lieu qu’après un 
sinistre,  l’indemnité  est réduite en proportion du 
taux  des  primes  payées par  rapport  au  taux  des 
primes qui auraient été dues, si les risques avaient 
été complètement et exactement déclarés. 
Art.20.- Sanctions en cas de déclaration tardive 
et clauses de déchéance prohibées 
Sont nulles : 
1° lorsqu’elle est prévue par une clause du contrat, 
la déchéance pour déclaration tardive au regard des 
délais prévus au 3° et 4° de l’article 12 ne peut être 
opposée à l’assuré que si l’assureur établit que le 
retard dans la déclaration lui a causé un préjudice. 
Elle ne peut également être opposée dans tous les 
cas où le retard est dû à un cas fortuit ou de force 
majeure ; 
2° toutes clauses générales frappant de déchéance 
l’assuré en cas de violation des lois et des règle-
ments, à moins que cette violation ne constitue un 
crime ou un délit intentionnel ; 
3° toutes clauses frappant de déchéance l’assuré à 
raison de simple retard apporté par lui à la déclara-
tion du sinistre aux autorités ou à des productions 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
7/127
de pièces, sans préjudice du droit pour l’assureur de 
réclamer une indemnité proportionnée au dommage 
que ce retard lui a causé. 
Art.21.- Résiliation (Décision du Conseil des Mi-
nistres du 20/04/1995
La durée du contrat et les conditions de résiliation 
sont fixées par la police. 
Toutefois, l’assuré a le droit de résilier le contrat à 
l’expiration  d’un délai d’un an, en envoyant une 
lettre  recommandée  à  l’assureur  au  moins  deux 
mois avant la date d’échéance. Ce droit appartient, 
dans les mêmes conditions, à l’assureur. Il peut être 
dérogé à cette règle pour les contrats individuels 
d’assurance Maladie, pour la couverture des risques 
de construction et des risques autres que ceux des 
particuliers. Le droit de résilier le contrat tous les 
ans doit être rappelé dans chaque police. Le délai 
de résiliation court à partir de la date figurant sur le 
cachet de la poste. 
Les dispositions du présent article ne sont pas ap-
plicables aux assurances sur la vie. 
Art.22.- Forme de la résiliation 
Dans tous les cas où l’assuré a la faculté de deman-
der la résiliation, il peut le faire à son choix, soit 
par une déclaration faite contre récépissé au siège 
social ou chez le représentant de l’assureur dans la 
localité, soit par acte extra judiciaire, soit par lettre 
recommandée,  soit  par tout autre  moyen indiqué 
dans la police. 
Art.23.-  Résiliation  après  sinistre (Décision du 
Conseil des Ministres du 20 avril 1995
Dans le cas où une police prévoit pour l’assureur la 
faculté de résilier le contrat après sinistre, la résilia-
tion ne peut être faite que dans un délai de trois 
mois après qu’il en ait eu connaissance et moyen-
nant un préavis d’un mois à dater de la notification 
à l’assuré par lettre recommandée, par acte extraju-
diciaire ou par tout autre moyen. L’assureur qui, 
passé le délai d’un mois après qu’il a eu connais-
sance  du  sinistre,  a  accepté  le  paiement  d’une 
prime ou cotisation ou d’une fraction de prime ou 
cotisation correspondant à une période d’assurance 
ayant  débuté  postérieurement  au  sinistre  ne peut 
plus  se  prévaloir  de  ce  sinistre  pour  résilier  le 
contrat. 
Dans le cas prévu au premier alinéa ci-dessus, les 
polices doivent reconnaître à l’assuré le droit, dans 
le délai d’un mois, de la notification de la résilia-
tion  de  la  police  sinistrée,  de  résilier  les  autres 
contrats d’assurance qu’il peut avoir souscrits au-
près de l’assureur,  la  résiliation  prenant effet un 
mois à dater de la notification à l’assureur. 
La faculté de résiliation ouverte à l’assureur et à 
l’assuré  par  application  des deux  précédents  ali-
néas, comporte restitution par l’assureur des por-
tions de primes ou cotisations afférentes à la pé-
riode pour laquelle les risques ne sont plus garantis. 
Art.24.- Durée du contrat 
La durée du contrat doit être mentionnée en carac-
tères très apparents dans la police. La police doit 
également mentionner que la durée de la tacite re-
conduction ne peut en aucun cas être supérieure à 
une année. 
A défaut de cette mention, l’une des parties peut, 
nonobstant toute clause contraire, résilier le contrat 
sans  indemnité, chaque année, à la date anniver-
saire de sa prise d’effet moyennant un préavis d’un 
mois au moins. 
Art.25.- Résiliation pour modification ou cessa-
tion du risque 
En  cas  de survenance  d’un des  événements  sui-
vants : 
changement de domicile ; 
changement de profession ; 
retraite professionnelle ou cessation définitive 
d’activité professionnelle ; 
changement de situation ou de régime matri-
monial. 
Le contrat d’assurance peut être résilié par chacune 
des parties lorsqu’il a pour objet la garantie de ris-
ques en relation directe avec la situation antérieure 
et qui ne se retrouvent pas dans la situation nou-
velle. 
La résiliation du contrat ne peut intervenir que dans 
les trois mois suivant la date de l’événement. 
Elle prend effet un mois après que l’autre partie au 
contrat en a reçu notification. 
L’assureur doit rembourser à l’assuré la portion de 
prime ou de cotisation correspondant à la période 
pendant laquelle le risque n’a pas couru, période 
calculée à compter de la date d’effet de la résilia-
tion. 
Il ne peut être prévu le paiement d’une indemnité à 
l’assureur dans les cas de résiliation susmentionnés. 
Les dispositions du présent article ne sont pas ap-
plicables aux assurances sur la vie. 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
8/127
Art.26.- Résiliation : forme 
Lorsqu’une  partie  entend  résilier  un  contrat 
d’assurance  en  vertu des  dispositions  de  l’article 
25, elle doit adresser à l’autre partie une lettre re-
commandée  avec  demande  d’avis  de  réception, 
indiquant la nature et la date de l’événement qu’elle 
invoque et donnant toute précision de nature à éta-
blir que la résiliation est en relation directe avec 
ledit événement. 
Art.27.- Résiliation : délai 
La date à partir de laquelle le délai de résiliation est 
ouvert à l’assuré en raison de la survenance d’un 
des événements prévus à l’article 25 est celle à la-
quelle la situation nouvelle prend naissance. 
Toutefois, en cas de retraite professionnelle ou de 
cessation  définitive  d’activité  professionnelle,  le 
point de départ du délai est le lendemain de la date 
à laquelle la situation antérieure prend fin. 
Lorsque l’un quelconque des événements est cons-
titué ou constaté par une décision juridictionnelle 
ou lorsqu’il ne peut en être déduit d’effets juridi-
ques qu’après une homologation ou un exequatur, 
la date retenue est celle à laquelle cet acte juridic-
tionnel est passé en force de chose jugée. 
Chapitre 4 - Compétences et pres-
cription 
Art.28.- Prescription biennale ou quinquennale 
Toutes  actions  dérivant  d’un  contrat  d’assurance 
sont  prescrites  par  deux  ans  à  compter  de 
l’événement qui y donne naissance. 
Toutefois, ce délai ne court : 
en  cas  de  réticence,  omission,  déclaration 
fausse ou inexacte sur le risque couru, que du 
jour où l’assureur en a eu connaissance ; 
en cas de sinistre, que du jour où les intéressés 
en ont connaissance, s’ils prouvent qu’ils l’ont 
ignoré jusque-là. 
Quand l’action de l’assuré contre l’assureur a pour 
cause le recours d’un tiers, le délai de la prescrip-
tion ne court que du jour où ce tiers a exercé une 
action en justice contre l’assuré ou a été indemnisé 
par ce dernier. 
La  prescription  est  portée  à  cinq  ans  dans  les 
contrats d’assurance  sur la vie lorsque le bénéfi-
ciaire est une personne distincte du souscripteur et, 
dans les contrats d’assurance contre les accidents 
atteignant les personnes, lorsque  les bénéficiaires 
sont les ayants droit de l’assuré décédé. 
Art.29.- Interruption de la prescription 
La prescription est interrompue par une des causes 
ordinaires d’interruption de la prescription et par la 
désignation  d’experts  à  la  suite  d’un  sinistre. 
L’interruption de la prescription de l’action peut, en 
outre, résulter soit de l’envoi d’une lettre recom-
mandée  avec  accusé  de  réception  adressée  par 
l’assureur à l’assuré en ce qui concerne l’action en 
paiement de la prime et par l’assuré à l’assureur en 
ce qui concerne le règlement de l’indemnité. 
Art.30.- Compétences 
Dans toutes les instances relatives à la fixation et 
au  règlement  des  indemnités  dues,  le  défendeur 
(assureur ou assuré) est assigné devant le tribunal 
du  domicile  de  l’assuré,  de  quelque  espèce 
d’assurance  qu’il  s’agisse,  sauf  en  matière 
d’immeubles ou de meubles par nature, auquel cas 
le défendeur est assigné devant le tribunal de la 
situation des objets assurés. 
Toutefois, s’il s’agit d’assurances contre les acci-
dents  de  toute  nature,  l’assuré  peut  assigner 
l’assureur devant le tribunal du lieu où s’est produit 
le fait dommageable. 
Titre 2 - Règles relatives aux 
assurances de dommages non-
maritimes 
Chapitre 1 - Dispositions générales 
Art.31.- Principe indemnitaire 
L’assurance  relative  aux  biens  est  un  contrat 
d’indemnité ;  l’indemnité  due  par  l’assureur  à 
l’assuré ne peut pas dépasser le montant de la va-
leur de la chose assurée au moment du sinistre. 
Il peut être stipulé que l’assuré reste obligatoire-
ment son propre assureur pour une somme, ou une 
quotité déterminée, ou qu’il supporte une déduction 
fixée d’avance sur l’indemnité du sinistre. 
Art.32.- Dommages causés par les personnes ou 
biens dont l’assuré est civilement responsable 
L’assureur est garant des pertes et dommages cau-
sés par des personnes dont l’assuré est civilement 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
9/127
responsable quelles que soient la nature et la gravi-
té des fautes de ces personnes, ou par des choses 
qu’il a sous sa garde. 
Art.33.- Surassurance 
Lorsqu’un contrat d’assurance a été consenti pour 
une somme supérieure à la valeur de la chose assu-
rée, s’il y a eu dol ou fraude de l’une des parties, 
l’autre partie peut en demander la nullité et récla-
mer, en outre, des dommages et intérêts. 
S’il n’y a eu ni dol ni fraude, le contrat est valable, 
mais seulement jusqu’à  concurrence de la valeur 
réelle des objets assurés et l’assureur n’a pas droit 
aux  primes  pour  l’excédent.  Seules  les  primes 
échues lui restent définitivement acquises, ainsi que 
la prime de l’année courante quand elle est à terme 
échu. 
Art.34.- Assurances cumulatives 
Celui qui est assuré auprès de plusieurs assureurs 
par plusieurs polices, pour un même intérêt, contre 
un même risque, doit donner immédiatement à cha-
que assureur connaissance des autres assureurs. 
L’assuré doit,  lors de cette  communication,  faire 
connaître le nom de l’assureur avec lequel une au-
tre assurance a été contractée et indiquer la somme 
assurée. 
Quand plusieurs assurances contre un même risque 
sont  contractées  de  manière  dolosive  ou  fraudu-
leuse, les sanctions prévues à l’article 33, premier 
alinéa, sont applicables. 
Quand elles sont contractées sans fraude, chacune 
d’elle produit ses effets dans les limites des garan-
ties du contrat et dans le respect des dispositions de 
l’article  31,  quelle  que  soit  la  date  à  laquelle 
l’assurance aura été souscrite. Dans ces limites, le 
bénéficiaire du contrat peut obtenir l’indemnisation 
de ses dommages en s’adressant à l’assureur de son 
choix. 
Dans les rapports entre assureurs, la contribution de 
chacun d’eux est déterminée en appliquant au mon-
tant  du  dommage  le  rapport  existant  entre 
l’indemnité qu’il aurait versée s’il avait été seul et 
le montant cumulé des indemnités qui auraient été à 
la charge de chaque assureur s’il avait été seul. 
Art.35.- Sous-assurance 
S’il  résulte  des  estimations  que  la  valeur  de  la 
chose assurée excède au jour du sinistre la somme 
garantie, l’assuré est considéré comme restant son 
propre  assureur  pour  l’excédent,  et  supporte,  en 
conséquence,  une  part  proportionnelle  du  dom-
mage, sauf convention contraire. 
Art.36.- Intérêt d’assurance 
Toute  personne  ayant  intérêt  à  la  conservation 
d’une chose peut la faire assurer. 
Tout intérêt direct ou indirect à la non réalisation 
d’un risque peut faire l’objet d’une assurance. 
Art.37.- Vice propre de la chose assurée 
Les  déchets,  diminutions  et  pertes  subies  par  la 
chose assurée et qui proviennent de son vice propre 
ne sont pas à la charge de l’assureur, sauf conven-
tion contraire. 
Art.38.- Exclusion des risques de guerre 
L’assureur  ne  répond  pas,  sauf  convention 
contraire, des pertes et dommages occasionnés, soit 
par la guerre étrangère, soit par la guerre civile, soit 
par des émeutes ou par des mouvements populaires. 
Lorsque  ces  risques ne  sont  pas couverts par  le 
contrat, l’assuré doit prouver que le sinistre résulte 
d’un fait autre que le fait de guerre étrangère ; il 
appartient à l’assureur de prouver que le sinistre 
résulte de la guerre civile, d’émeutes ou de mou-
vements populaires. 
Art.39.- Perte totale de la chose assurée 
En cas de perte totale de la chose assurée résultant 
d’un  événement  non  prévu  par  la  police, 
l’assurance prend fin de plein droit et l’assureur 
doit restituer à l’assuré la portion de la prime payée 
d’avance et afférente au temps pour lequel le risque 
n’est plus couru. 
Art.40.-  Décès  de  l’assuré  et  aliénation  de  la 
chose assurée 
En cas de décès de l’assuré ou d’aliénation de la 
chose assurée, l’assurance continue de plein droit 
au profit de l’héritier ou de l’acquéreur, à charge 
pour celui-ci d’exécuter toutes les obligations dont 
l’assuré était tenu vis-à-vis de l’assureur en vertu 
du contrat. 
Il  est  loisible,  toutefois,  soit  à  l’assureur,  soit  à 
l’héritier  ou  à  l’acquéreur  de  résilier  le  contrat. 
L’assureur peut résilier le contrat dans un délai de 
trois mois à partir du jour où l’attributaire définitif 
des objets assurés a demandé le transfert de la po-
lice à son nom. 
En cas d’aliénation de la chose assurée, celui qui 
aliène reste tenu vis-à-vis de l’assureur au paiement 
des primes échues, mais il est libéré, même comme 
garant des primes à échoir, à partir du moment où il 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
10/127
a informé  l’assureur  de  l’aliénation  par lettre  re-
commandée. 
Lorsqu’il y a plusieurs héritiers ou plusieurs acqué-
reurs, si l’assurance continue, ils sont tenus solidai-
rement du paiement des primes. 
Il ne peut être prévu le paiement d’une indemnité à 
l’assureur dans les cas de résiliation susmentionnés. 
Les dispositions du présent article ne sont pas ap-
plicables au cas d’aliénation d’un véhicule terrestre 
à moteur ou de navires et bateaux de plaisance. 
Art.41.-  Aliénation  des  véhicules  terrestres  à 
moteur (Décision du Conseil des Ministres du 20 
avril 1995
En cas d’aliénation d’un véhicule terrestre à moteur 
ou de ses remorques ou semi-remorques, et seule-
ment  en  ce  qui  concerne  le  véhicule  aliéné,  le 
contrat d’assurance est suspendu de  plein droit à 
partir du cinquième jour de l’aliénation à vingt qua-
tre heures. Il peut être résilié par chacune des par-
ties moyennant préavis de 10 jours. 
A défaut de remise en vigueur du contrat par ac-
cord des parties ou de résiliation par l’une d’elles, 
la résiliation intervient de plein droit à l’expiration 
d’un délai de six mois à compter de l’aliénation. 
L’assureur est tenu au remboursement du prorata 
de prime correspondant à la période  allant  de  la 
date de cette résiliation à la date d’échéance. 
L’assuré  doit  informer  l’assureur,  par  lettre  re-
commandée ou par tout autre moyen prévu dans la 
police, de la date d’aliénation. 
Il ne peut être prévu le paiement d’une indemnité à 
l’assureur dans les cas de résiliation susmentionnés. 
L’ensemble des dispositions du présent article est 
applicable en cas d’aliénation de navires ou de ba-
teaux de plaisance quel que soit le mode de dépla-
cement ou de propulsion utilisé. 
Art.42.- Subrogation de l’assureur (Décision du 
Conseil des Ministres du 22/04/1999
L’assureur qui a payé l’indemnité d’assurance est 
subrogé, jusqu’à  concurrence  de  cette  indemnité, 
dans les droits et actions de l’assuré contre les tiers 
qui ont causé le  dommage ayant donné lieu à la 
garantie de l’assureur. 
L’assureur peut être déchargé de tout ou partie de 
sa garantie envers l’assuré, quand la subrogation ne 
peut plus, par le fait de l’assuré, s’opérer en faveur 
de l’assureur. 
Art.43.-  Droits  des  créanciers  sur  l’indemnité 
d’assurance 
Les indemnités dues par suite d’assurance sont at-
tribuées, sans qu’il y ait besoin de délégation ex-
presse, aux créanciers privilégiés ou hypothécaires, 
suivant leur rang. 
Néanmoins, les paiements faits de bonne foi avant 
opposition sont valables. 
Il en est de même des indemnités dues en cas de 
sinistre par le locataire ou par le voisin qui répon-
dent de  l’incendie  à  moins  qu’il  ne  prouve  que 
l’incendie est arrivé par cas fortuit ou force ma-
jeure, ou par vice de construction, ou que le feu a 
été communiqué par une maison voisine. 
En cas d’assurance du risque locatif ou du recours 
du voisin, l’assureur ne peut payer à un autre que le 
propriétaire de  l’objet loué,  le voisin  ou  le  tiers 
subrogés à leurs droits, tout ou partie de la somme 
due,  tant que lesdits propriétaire, voisin  ou  tiers 
subrogés  n’ont  pas  été  désintéressés  des  consé-
quences du sinistre, jusqu’à concurrence de ladite 
somme. 
Art.44.- Disparition de la chose assurée 
L’assurance est nulle si, au moment du contrat, la 
chose assurée a déjà péri ou ne peut plus être expo-
sée aux risques. 
Les primes payées doivent être restituées à l’assuré, 
sous  déduction  des  frais  exposés  par  l’assureur, 
autres que ceux de commissions, lorsque ces der-
niers ont été récupérés contre l’agent ou le courtier. 
Chapitre 2 - Les assurances contre 
l’incendie 
Art.45.- Dommages garantis 
L’assureur contre l’incendie répond de tous dom-
mages matériels causés par conflagration, embra-
sement ou simple combustion. Toutefois, il ne ré-
pond pas, sauf convention contraire, de ceux occa-
sionnés par la seule action de la chaleur ou par le 
contact direct et immédiat du feu ou d’une subs-
tance incandescente s’il  n’y a  eu  ni  incendie, ni 
commencement d’incendie susceptible de dégéné-
rer en incendie véritable. 
Art.46.- Obligations de l’assureur 
Documents you may be interested
Documents you may be interested