mvc open pdf in new tab : Extract text from pdf image application Library tool html asp.net .net online CIMA_Code_assurances1-part993

www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
11/127
Les dommages matériels résultant directement de 
l’incendie  ou du  commencement  d’incendie  sont 
seuls  à  la  charge  de  l’assureur,  sauf  convention 
contraire. 
Si, dans les trois mois à compter de la remise de 
l’état des pertes assorti des justificatifs pertinents, 
l’expertise n’est pas terminée du fait de l’assureur 
ou de l’expert qu’il a désigné, l’assuré a le droit de 
faire courir les intérêts par sommation. 
Si elle n’est pas terminée dans les six mois, cha-
cune des parties peut procéder judiciairement. 
Art.47.- Secours et mesures de sauvetage 
Sont assimilés aux dommages matériels et directs 
les  dommages  matériels  occasionnés  aux  objets 
compris dans l’assurance par les secours et par les 
mesures de sauvetage. 
Art.48.- Disparition des objets assurés pendant 
l’incendie 
L’assureur répond de la perte ou de la disparition 
des objets assurés survenue pendant l’incendie, à 
moins qu’il ne prouve que cette perte ou cette dis-
parition est provenue d’un vol. 
Art.49.- Vice propre de la chose 
L’assureur, conformément à l’article 37, ne répond 
pas des pertes et détériorations de la chose assurée 
provenant  du  vice  propre ;  mais  il  garantit  les 
dommages d’incendie qui en sont la suite, à moins 
qu’il ne soit fondé à demander la nullité du contrat 
d’assurance par application de l’article 18, premier 
alinéa. 
Art.50.- Incendies résultant de cataclysmes 
Sauf convention contraire,  l’assurance  ne  couvre 
pas les incendies directement occasionnés par les 
éruptions de volcan, les tremblements de terre et 
autres cataclysmes. 
Chapitre 3 - Les assurances de 
responsabilité 
Art.51.- Mise en oeuvre de la garantie 
Dans  les  assurances  de  responsabilité,  l’assureur 
n’est tenu que si, à la suite du fait dommageable 
prévu au contrat, une réclamation amiable ou judi-
ciaire est faite à l’assuré par le tiers lésé. 
Art.52.- Clauses des polices 
Les polices d’assurance garantissant des risques de 
responsabilité civile doivent prévoir qu’en ce qui 
concerne cette garantie aucune déchéance motivée 
par un manquement de l’assuré à ses obligations 
commis postérieurement au sinistre ne sera oppo-
sable aux personnes lésées ou à leurs ayants droit. 
Elles ne doivent contenir aucune clause interdisant 
à  l’assuré de mettre en cause  son assureur ni de 
l’appeler en garantie à l’occasion d’un règlement 
de sinistre. 
Art.53.-  Reconnaissance  de  responsabilité  et 
transaction 
L’assureur peut stipuler qu’aucune reconnaissance 
de  responsabilité, aucune  transaction, intervenues 
en dehors de lui, ne lui sont opposables. L’aveu de 
la matérialité d’un fait ne peut être assimilé à la 
reconnaissance d’une responsabilité. 
Art.54.- Action directe - Dépens 
L’assureur ne peut payer à un autre que le tiers lésé 
tout ou partie de la somme due par lui, tant que ce 
tiers n’a pas été désintéressé, jusqu’à concurrence 
de ladite somme, des conséquences pécuniaires du 
fait dommageable ayant entraîné la responsabilité 
de l’assuré. 
Les dépens résultant de toute poursuite en respon-
sabilité dirigée contre l’assuré sont à la charge de 
l’assureur, sauf convention contraire. 
Chapitre 4 - Les Assurances des 
risques agricoles 
Art.55.-  Risques  agricoles,  définition (Décision 
du Conseil des Ministres du 20 avril 1995
Sont considérés pour l’application du présent Code 
comme présentant le caractère de risques agrico-
les : 
les risques auxquels sont exposés les personnes 
physiques ou morales qui exercent exclusive-
ment  ou  principalement une profession  agri-
cole ou connexe à l’agriculture ainsi que leurs 
biens ; 
les risques auxquels sont exposés les membres 
du personnel employés par ces personnes phy-
siques ou morales ainsi que leurs biens agrico-
les ; 
les risques auxquels sont exposés les membres 
de  la famille  des  personnes  physiques  men-
tionnées ci-dessus ainsi que leurs biens agrico-
les , lorsqu’ils vivent avec elles sur leur exploi-
tation. 
Extract text from pdf image - Select, copy, paste PDF images in C#.net, ASP.NET, MVC, Ajax, WinForms, WPF
Support PDF Image Extraction from a Page, a Region on a Page, and PDF Document
pdf image extractor online; pdf image extractor c#
Extract text from pdf image - VB.NET PDF Image Extract Library: Select, copy, paste PDF images in vb.net, ASP.NET, MVC, Ajax, WinForms, WPF
Support PDF Image Extraction from a Page, a Region on a Page, and PDF Document
extract jpg pdf; extract images from pdf
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
12/127
Titre 3 - Règles relatives aux 
assurances de personnes et 
aux contrats de capitalisation 
Chapitre 1 - Dispositions générales 
Art.56.- Capital assuré 
En matière  d’assurance sur  la  vie et d’assurance 
contre  les  accidents  atteignant  les  personnes,  les 
sommes assurées sont fixées par le contrat. 
En matière d’assurance sur la vie, le capital ou la 
rente garantis peuvent être exprimés en unités de 
compte  constituées  de  valeurs  mobilières  ou 
d’actifs figurant sur une liste dressée par le Conseil 
des Ministres chargés des assurances dans les Etats 
membres de la CIMA. 
Dans tous les cas, le contractant ou le bénéficiaire a 
la faculté d’opter entre le règlement en espèces et la 
remise des titres ou des parts. Toutefois lorsque les 
unités de compte sont constituées par des titres ou 
des parts non négociables, le règlement ne peut être 
effectué qu’en espèces. 
La contre-valeur en espèces des sommes versées 
par  l’assureur lors de la réalisation du  risque  ne 
peut toutefois être inférieure à celle du capital ou 
de la rente garantis, calculée sur la base de la valeur 
de l’unité de compte à la date de prise d’effet du 
contrat ou, s’il y a lieu, de son dernier avenant. 
Art.57.- Absence de subrogation 
Dans  l’assurance  de  personnes,  l’assureur,  après 
paiement de la somme assurée, ne peut être subrogé 
aux droits du contractant ou du bénéficiaire contre 
des tiers à raison du sinistre. 
Toutefois, lorsqu’il est prévu par le contrat, le re-
cours subrogatoire de l’assureur qui a versé à  la 
victime  une  avance  sur  indemnité  du  fait  de 
l’accident peut être exercé contre la personne tenue 
à réparation  dans la limite du préjudice subi par 
l’assuré et non réparé par le tiers responsable. 
Chapitre 2 - Assurance sur la vie 
et contrats de capitalisation 
Section 1 - Dispositions Générales 
Art.58.- Assurance sur la vie 
La vie d’une personne peut être assurée par elle-
même ou par un tiers. Plusieurs personnes peuvent 
contracter une assurance réciproque sur la tête de 
chacune d’elles par un seul et même acte. 
Art.59.- Consentement de l’assuré 
L’assurance en cas de décès contractée par un tiers 
sur la tête de l’assuré est nulle, si ce dernier n’y a 
pas donné son consentement par écrit avec indica-
tion du capital ou de la rente initialement garantis. 
Le consentement de l’assuré doit, à peine de nullité, 
être donné par écrit, pour toute cession ou constitu-
tion de gage et pour transfert du bénéfice du contrat 
souscrit sur sa tête par un tiers. 
Art.60.- Assurance sur la tête d’un incapable 
Il est défendu à toute personne de contracter une 
assurance en cas de décès sur la tête d’un mineur 
âgé de moins de  12 ans, d’un majeur en tutelle, 
d’une personne placée dans un établissement psy-
chiatrique d’hospitalisation. 
Toute  assurance  contractée  en  violation  de  cette 
prohibition est nulle. 
La  nullité  est  prononcée  sur  la  demande  de 
l’assureur, du souscripteur de la police ou du repré-
sentant de l’incapable. 
Les primes payées sont intégralement restituées. 
L’assureur et le souscripteur sont en outre passi-
bles, pour chaque assurance conclue sciemment en 
violation  de  cette  interdiction,  de  la  plus  forte 
amende contraventionnelle. 
Ces  dispositions  ne  mettent  point  obstacle  dans 
l’assurance en cas de décès, au remboursement des 
primes  payées  en  exécution  d’un  contrat 
d’assurance en cas de vie, souscrit sur la tête d’une 
des personnes mentionnées ci-dessus. 
Art.61.- Assurance sur la tête d’un mineur de 
plus de 12.- ans 
Une assurance en cas de décès ne peut être contrac-
tée par une autre personne sur la tête d’un mineur 
parvenu à l’âge de douze ans sans l’autorisation de 
celui de ses parents qui est investi de l’autorité pa-
rentale, de son tuteur ou de son curateur. 
Cette autorisation ne dispense pas du consentement 
personnel de l’incapable. 
C# PDF Text Extract Library: extract text content from PDF file in
Ability to extract highlighted text out of PDF document. Supports text extraction from scanned PDF by using XDoc.PDF for .NET Pro. Image text extraction control
extract pictures from pdf; pdf image text extractor
VB.NET PDF Text Extract Library: extract text content from PDF
Extract highlighted text out of PDF document. Image text extraction control provides text extraction from PDF images and image files.
online pdf image extractor; extract image from pdf java
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
13/127
A défaut de cette autorisation et de ce consente-
ment, la nullité du contrat est prononcée à la de-
mande de tout intéressé. 
Art.62.- Mentions de la police 
La police d’assurance sur la vie doit indiquer, outre 
les énonciations mentionnées dans l’article 8 : 
1° les nom, prénoms et date de naissance de 
celui  ou  ceux  sur  la  tête  desquels  repose 
l’opération ; 
2°  l’événement  ou  le  terme  duquel  dépend 
l’exigibilité du capital ou de la rente garantis. 
Art.63.- Durée 
La durée d’un contrat de capitalisation est fixée par 
convention. 
Art.64.- Mentions du titre ou contrat de capitali-
sation 
Tout titre ou contrat de capitalisation doit indiquer : 
1°  le  montant  du  capital  remboursable  à 
l’échéance et le montant à toute époque du ca-
pital remboursable par anticipation ; 
2° le montant et la date d’exigibilité des ver-
sements ; 
3°  la  date  de  prise d’effet ainsi  que  la date 
d’échéance du contrat ; 
4°  la  valeur  de  rachat  garantie  du  contrat 
d’année en année pendant au moins 6 ans ; 
5°  les  conditions dans  lesquelles  l’entreprise 
peut consentir des avances ; 
6° les conditions de déchéance opposables aux 
souscripteurs pour retard dans les versements, 
sans que ces déchéances puissent avoir effet 
avant un délai d’un mois à dater du jour de 
l’échéance ; ce délai ne court, si le contrat est 
nominatif, qu’à partir d’une mise en demeure 
par lettre recommandée ; 
7° la substitution de plein droit de tous les héri-
tiers des titulaires de contrats nominatifs aux-
dits  titulaires,  ainsi  que  l’interdiction  pour 
l’entreprise de stipuler à leur décès aucun ver-
sement supplémentaire ou aucune retenue spé-
ciale ; 
8° la limitation  des  sommes  à prélever pour 
frais de gestion en proportion des versements ; 
9° le numéro ou la combinaison de lettres dont 
la désignation par le sort peut entraîner le rem-
boursement anticipé à la suite de tirages ; 
10° le  nombre  des  tirages  par  an,  ainsi  que 
leurs dates ; 
11° le mécanisme des tirages et les conditions 
de publicité dans lesquelles ils s’effectuent ; 
12° les  ressources  qui  alimentent  les  tirages 
lorsqu’ils  ne sont  pas garantis,  la proportion 
des titres remboursés par anticipation avec la 
spécification de la méthode employée pour la 
désignation des titres par le sort. 
Art.65.- Renonciation, Indication des valeurs de 
rachat (Décision du Conseil des Ministres du 
22/04/1999
Toute personne physique qui a signé une proposi-
tion d’assurance ou une police d’assurance sur la 
vie ou un contrat de capitalisation a la faculté d’y 
renoncer  par  lettre  recommandée  avec  demande 
d’avis de réception ou tout autre moyen faisant foi 
de la réception pendant le délai de trente jours à 
compter du premier versement. 
La renonciation entraîne la restitution de la prime 
versée, déduction faite du coût de police, dans le 
délai maximal de trente jours à compter de la ré-
ception de ladite renonciation. Au-delà de ce délai, 
les sommes non restituées produisent de plein droit 
intérêt au taux légal majoré de moitié durant deux 
mois, puis, au double du taux légal. 
La proposition d’assurance, la police d’assurance, 
ou le contrat de capitalisation doivent indiquer no-
tamment, pour les contrats qui en comportent, les 
valeurs de rachat garanties au terme de chacune des 
huit premières années au moins. 
Le  défaut  de  communication  des  informations 
énumérées  à  l’alinéa  précédent  entraîne  de  plein 
droit la prorogation du délai prévu au premier ali-
néa jusqu’au trentième jour suivant  la date de la 
communication effective de ces informations. 
Art.66.- Suicide 
L’assurance  en  cas  de  décès  est  de  nul  effet  si 
l’assuré se donne volontairement et consciemment 
la  mort  au  cours des  deux  premières  années du 
contrat. 
Art.67.-  Remboursement  de  la  provision  ma-
thématique 
Dans le cas de réticence ou fausse déclaration men-
tionné à l’article 18, dans le cas où l’assuré s’est 
donné volontairement et consciemment la mort au 
cours du délai mentionné à l’article 66 ou lorsque 
le contrat exclut la garantie du décès en raison de la 
cause  de  celui-ci,  l’assureur  verse au  contractant 
ou, en cas de décès de l’assuré, au bénéficiaire, une 
somme  égale  à  la  provision  mathématique  du 
contrat. 
Art.68.-  Assurance  au profit  d’un  bénéficiaire 
déterminé 
C# PDF insert image Library: insert images into PDF in C#.net, ASP
Free PDF image processing SDK library for Visual Studio .NET program. Powerful .NET PDF image edit control, enable users to insert vector images to PDF file.
extract photos from pdf; how to extract pictures from pdf files
VB.NET PDF insert image library: insert images into PDF in vb.net
VB.NET code to add an image to the inputFilePath As String = Program.RootPath + "\\" 1.pdf" Dim doc New PDFDocument(inputFilePath) ' Get a text manager from
extract jpg from pdf; extract image from pdf file
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
14/127
Le capital ou la rente garantis peuvent être payables 
lors du décès de l’assuré à un ou plusieurs bénéfi-
ciaires déterminés. 
Est considérée comme faite au profit de bénéficiai-
res déterminés la stipulation par laquelle le béné-
fice de l’assurance est attribué à une ou plusieurs 
personnes  qui,  sans  être  nommément  désignées, 
sont  suffisamment  définies  dans  cette  stipulation 
pour  pouvoir  être  identifiées  au  moment  de 
l’exigibilité du capital ou de la rente garantis. 
En l’absence de désignation d’un bénéficiaire dans 
la police ou à défaut d’acceptation par le bénéfi-
ciaire, le contractant a le droit de substituer un bé-
néficiaire  à  un  autre.  Cette  désignation  ou  cette 
substitution ne peut être opérée, qu’avec l’accord 
de l’assuré, lorsque celui-ci n’est pas le contractant. 
Cette désignation peut  être réalisée soit par voie 
d’avenant au contrat, soit par voie testamentaire. 
Art.69.-  Révocation  et  acceptation  du  bénéfi-
ciaire 
La stipulation en vertu de laquelle le bénéfice de 
l’assurance est attribué à un bénéficiaire déterminé 
devient  irrévocable par  l’acceptation expresse  ou 
tacite du bénéficiaire. 
Tant que l’acceptation n’a point eu lieu, le droit de 
révoquer cette stipulation n’appartient qu’au stipu-
lant et ne peut, en conséquence, être exercé de son 
vivant par ses créanciers ni  par ses représentants 
légaux. 
Ce droit de révocation ne peut être exercé, après la 
mort  du  stipulant,  par  ses  héritiers,  qu’après 
l’exigibilité de la somme assurée et au plus tôt trois 
mois après que le bénéficiaire de l’assurance a été 
mis en demeure, par acte extrajudiciaire, d’avoir à 
déclarer s’il accepte. 
L’attribution à titre gratuit du bénéfice d’une assu-
rance sur la vie à une personne déterminée est pré-
sumée faite sous la condition de l’existence du bé-
néficiaire à l’époque de l’exigibilité du capital ou 
de la  rente garantis, à moins que  le contraire ne 
résulte des termes de la stipulation. 
Art.70.- Assurance sans désignation de bénéfi-
ciaire 
Lorsque l’assurance en cas de décès a été conclue 
sans désignation du bénéficiaire,  le  capital  ou  la 
rente garantis font partie  du patrimoine ou de la 
succession du contractant. 
Art.71.- Droit propre du bénéficiaire 
Le capital ou la rente stipulés payables lors du dé-
cès de l’assuré à un bénéficiaire déterminé ou à ses 
héritiers  ne  font  pas  partie  de  la  succession  de 
l’assuré.  Le  bénéficiaire,  quelles  que  soient  la 
forme  et la  date  de  sa  désignation,  est  réputé y 
avoir eu seul droit à partir du jour du contrat, même 
si  son  acceptation  est  postérieure  à  la  mort  de 
l’assuré. 
Art.72.- Paiement des primes par un tiers 
Tout  intéressé  peut  se  substituer  au  contractant 
pour payer les primes. 
Art.73.- Action en paiement des primes afféren-
tes aux contrats d’assurance vie ou de capitalisa-
tion 
L’assureur n’a pas d’action pour exiger le paiement 
des primes afférentes aux contrats d’assurance vie 
ou de capitalisation. 
Le défaut de paiement d’une prime ou d’une cotisa-
tion ne peut avoir pour sanction que la suspension 
ou la résiliation pure et simple du contrat et, dans 
ce dernier cas, le versement de la valeur de rachat 
que ledit contrat a éventuellement acquise. 
Lorsqu’une prime ou une fraction de prime n’est 
pas  payée  dans  les  dix  jours  de  son  échéance, 
l’assureur adresse au contractant une lettre recom-
mandée, par laquelle il l’informe qu’à l’expiration 
d’un délai de quarante jours à dater de l’envoi de 
cette lettre le défaut de paiement entraîne soit la 
résiliation  du  contrat  en  cas  d’inexistence  ou 
d’insuffisance de la valeur de rachat, soit la réduc-
tion du contrat. 
L’envoi  de  la  lettre  recommandée  par  l’assureur 
rend la prime portable dans tous les cas. 
Art.74.-  Valeurs  de  réduction  et  de  rachat, 
avances (Décision du Conseil des Ministres du 
22/04/1999
Les modalités de calcul de la valeur de réduction et 
de la valeur de rachat sont déterminées par un rè-
glement général mentionné dans la police et établi 
par l’assureur après accord du Ministre en charge 
du secteur des assurances. 
Dès la signature du contrat, l’assureur informe le 
contractant que ce règlement général est tenu à sa 
disposition sur sa demande. L’assureur doit com-
muniquer au contractant, sur la demande de celui-
ci, le texte du règlement général. 
Dans la  limite de  la  valeur  de  rachat, l’assureur 
peut consentir des avances au contractant. 
C# Create PDF from images Library to convert Jpeg, png images to
If you want to turn PDF file into image file format in C# application, then RasterEdge XDoc.PDF for .NET can also help with this.
extract pdf pages to jpg; extract photo from pdf
C# PDF insert text Library: insert text into PDF content in C#.net
Text to PDF. C#.NET PDF SDK - Insert Text to PDF Document in C#.NET. Providing C# Demo Code for Adding and Inserting Text to PDF File Page with .NET PDF Library.
pdf extract images; extract images from pdf file
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
15/127
L’assureur doit, à la demande du contractant, verser 
à celui-ci la valeur de rachat du contrat dans un 
délai qui ne peut excéder deux mois. Au-delà de ce 
délai, les sommes non versées produisent de plein 
droit intérêt au taux d’escompte majoré de moitié 
durant deux mois, puis, à l’expiration de ce délai de 
deux mois, au double du taux d’escompte. 
Pour les assurances sur la vie et de capitalisation, 
l’assureur ne peut refuser la réduction ou le rachat 
lorsque 15 % des primes ou cotisations prévues au 
contrat ont été versés. En tout état de cause, le droit 
à rachat ou à réduction est acquis lorsque au moins 
deux primes annuelles ont été payées. 
L’assureur peut  d’office  substituer  le rachat à la 
réduction si la valeur de rachat du contrat est infé-
rieure au montant brut mensuel du salaire minimum 
interprofessionnel  garanti  (SMIG)  dans  l’Etat  de 
souscription du risque. 
Art.75.- Information de l’assuré 
Pour les contrats souscrits et aussi longtemps qu’ils 
donnent lieu à paiement de prime, l’assureur doit 
communiquer  chaque  année  au  contractant  les 
montants respectifs  de  la  valeur de rachat,  de  la 
valeur de réduction, des capitaux garantis et de la 
prime du contrat. 
Ces montants ne peuvent tenir compte de participa-
tions bénéficiaires qui ne seraient pas attribuées à 
titre définitif. 
L’assureur doit préciser en termes précis et clairs 
dans cette communication ce que signifient les opé-
rations  de rachat  et  de réduction et  quelles  sont 
leurs conséquences légales et contractuelles. 
Pour les contrats ne donnant plus lieu à paiement 
de prime, les informations visées ci-dessus ne sont 
communiquées  pour  une  année  donnée  qu’au 
contractant qui en fait la demande. 
Le  contrat  doit  faire  référence  à  l’obligation 
d’information prévue aux alinéas précédents. 
Art.76.- Indemnité de rachat 
Pour tout contrat d’assurance sur la vie et pour tout 
contrat de capitalisation comportant une valeur de 
rachat, cette valeur de rachat est égale à la provi-
sion mathématique du contrat diminuée, éventuel-
lement, d’une indemnité qui ne peut dépasser 5 % 
de cette provision mathématique. Cette indemnité 
doit être nulle à l’issue d’une période de dix ans à 
compter de la date d’effet du contrat. 
Art.77.- Assurances dépourvues de réduction ou 
de rachat 
Les assurances temporaires en cas de décès ainsi 
que les rentes viagères immédiates ou en cours de 
service  ne  peuvent comporter ni  réduction ni ra-
chat. Les assurances de capitaux  de survie et de 
rente de survie, les assurances en cas de vie sans 
contre-assurance  et  les  rentes  viagères  différées 
sans  contre-assurance  ne  peuvent  comporter  de 
rachat. 
Art.78.- Meurtre de l’assuré par le bénéficiaire 
Le contrat d’assurance cesse d’avoir effet à l’égard 
du bénéficiaire qui a été condamné pour avoir don-
né volontairement la mort à l’assuré. 
Le montant de la provision mathématique doit être 
versé par l’assureur au contractant ou à ses ayants 
cause, à moins qu’ils ne soient condamnés comme 
auteurs ou complices du meurtre de l’assuré. 
Si  le  bénéficiaire  a  tenté  de  donner  la  mort  à 
l’assuré,  le  contractant  a  le  droit  de  révoquer 
l’attribution du bénéficiaire de l’assurance, même 
si le bénéficiaire de l’assurance avait déjà accepté 
la stipulation faite à son profit. 
Art.79.- Paiement de bonne foi au bénéficiaire 
apparent 
Lorsque l’assureur n’a pas eu connaissance de la 
désignation d’un bénéficiaire par testament ou au-
trement, ou de l’acceptation d’un autre bénéficiaire 
ou de la révocation d’une désignation, le paiement 
du capital ou de la rente garantis fait à celui qui, 
sans cette désignation, y aurait eu droit, est libéra-
toire pour l’assureur de bonne foi. 
Art.80.- Erreur sur l’âge de l’assuré 
L’erreur sur l’âge de l’assuré n’entraîne la nullité 
de  l’assurance  que  lorsque  son  âge  véritable  se 
trouve en dehors des limites fixées pour la conclu-
sion des contrats par les tarifs de l’assureur. 
Dans tout autre cas, si, par suite d’une erreur de ce 
genre, la prime payée est inférieure à celle qui au-
rait dû être acquittée, le capital ou la rente garantis 
sont réduits en proportion de la prime perçue et de 
celle qui  aurait  correspondu  à  l’âge  véritable  de 
l’assuré. Si, au contraire, par suite d’une erreur sur 
l’âge de l’assuré, une prime trop forte a été payée, 
l’assureur est tenu de restituer la portion de prime 
qu’il a reçue en trop sans intérêt. 
Section 2 - Participation des assurés aux 
bénéfices techniques et financiers 
C# PDF Page Extract Library: copy, paste, cut PDF pages in C#.net
Page: Extract, Copy and Paste PDF Pages. Easy to Use C# Code to Extract PDF Pages, Copy Pages from One PDF File and Paste into Others in C#.NET Program.
extract image from pdf using; pdf image extractor online
VB.NET PDF Form Data Read library: extract form data from PDF in
featured PDF software, it should have functions for processing text, image as well how to read or retrieve field data from PDF and how to extract and get
extract image from pdf in; extract image from pdf online
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
16/127
Art.81.- Principe 
Les entreprises d’assurance sur la vie ou de capita-
lisation doivent faire participer les assurés aux bé-
néfices techniques et financiers qu’elles réalisent, 
dans les conditions fixées par le présent Code. 
Le montant minimal de cette participation est dé-
terminé globalement pour les contrats individuels et 
collectifs de toute nature souscrits sur le territoire 
d’un des Etats membres de la CIMA, à l’exception 
des contrats collectifs en cas de décès. 
Les contrats à capital variable ne sont pas soumis 
aux dispositions de la présente section. 
Art.82.- Compte de participation aux résultats 
Pour chaque entreprise, le montant minimal de la 
participation aux bénéfices à attribuer au titre d’un 
exercice  est déterminé globalement  à partir  d’un 
compte de participation aux résultats. 
Ce compte comporte les éléments de dépenses et de 
recettes  qui  figurent  dans  les  colonnes  grandes 
branches et collectives de l’état C1 visé au Livre 4 
du présent Code, à l’exclusion des sommes corres-
pondant  aux  rubriques  « participation  aux  excé-
dents liquidée », « primes cédées aux réassureurs » 
et  des  sommes  correspondant  aux  sous-totaux : 
« produits financiers nets » et « sinistres et charges 
incombant  aux  réassureurs ».  Il  comporte  égale-
ment en dépenses la participation de l’assureur aux 
bénéfices de la gestion technique, qui est constituée 
par  10 %  du solde créditeur  des éléments  précé-
dents. 
Il est ajouté en recette du compte de participation 
aux résultats 85 % au moins du compte financier 
prévu à l’article 84. Le compte de participation aux 
résultats comporte en outre les sommes correspon-
dant au « solde de réassurance cédée », calculées 
conformément aux dispositions de l’article 85 et, 
s’il y a lieu, le solde débiteur du compte de partici-
pation aux résultats de l’exercice précédent. 
Art.83.- Participation aux résultats et aux béné-
fices 
Le montant minimal annuel de la participation aux 
résultats est le solde créditeur du compte de partici-
pation aux résultats défini à l’article 82. 
Le montant minimal annuel de la participation aux 
bénéfices est égal au montant défini à l’alinéa pré-
cédent diminué du montant des intérêts crédités aux 
provisions mathématiques. 
Art.84.- Compte financier 
Le compte financier visé  à l’article 82 est établi 
suivant les règles fixées ci-dessous : 
Il comprend : 
- en recettes, la quote-part : 
a) des produits financiers de toute nature ; 
b) des plus-values par estimation de valeurs ; 
- en dépenses, la quote-part : 
c) des moins-values par estimation de valeurs ; 
d)  sur  autorisation  de  la  Commission  de 
contrôle  et  après  justifications,  la  quote-part 
des résultats que la société a dû affecter aux 
fonds propres pour maintenir la marge de sol-
vabilité réglementaire. 
Pour l’établissement  du  compte  défini  à l’article 
82 : 
La part des produits financiers à inscrire en recettes 
de ce compte est égale au produit du taux de ren-
dement des placements de l’entreprise réalisés sur 
le territoire de l’état membre de la CIMA par le 
montant moyen au cours de l’exercice des provi-
sions techniques brutes de cessions en réassurance 
des contrats considérés. 
Ce taux de rendement est égal au rapport : 
du produit des placements net de charges au 
sens de l’état C1 augmenté des plus-values sur 
cessions d’éléments d’actif, nettes des moins-
values, ainsi que du montant des réévaluations 
d’actif  effectuées  dans  le  cadre  de  l’article 
335-13 du Livre 3 du présent Code, net des 
amortissements éventuels prévus audit article ; 
au montant moyen, au cours de l’exercice, de 
l’ensemble des placements, ainsi que des au-
tres éléments d’actif pouvant être admis en re-
présentation  des  provisions  techniques,  à 
l’exception des valeurs remises par les réassu-
reurs. 
Art.85.- Solde de réassurance cédée 
Pour l’application de l’article 82, il est prévu, dans 
le compte de participation aux résultats, une rubri-
que intitulée « solde de réassurance cédée ». 
Seule est prise en compte la réassurance de risque, 
c’est-à-dire  celle  dans  laquelle  l’engagement  des 
cessionnaires porte exclusivement sur tout ou partie 
de la différence entre le montant des capitaux en 
cas de décès ou d’invalidité et celui des provisions 
mathématiques des contrats correspondants. 
Dans les traités limités à la réassurance de risque, le 
solde de réassurance cédée est égal à la différence 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
17/127
entre le montant des sinistres à la charge des ces-
sionnaires et celui des primes cédées. Il est inscrit, 
selon le cas, au débit ou au crédit du compte de 
participation aux résultats. 
Dans les autres traités, le solde de réassurance cé-
dée est établi en isolant la réassurance de risque à 
l’intérieur des engagements des cessionnaires. Les 
modalités de calcul du solde sont précisées par voie 
réglementaire, par référence aux conditions norma-
les du marché de la réassurance de risque. 
Art.86.- Affectation de la participation aux bé-
néfices 
Le  montant  des  participations  aux  bénéfices des 
assurés peut être affecté directement aux provisions 
mathématiques  ou  porté,  partiellement  ou  totale-
ment, à la provision pour participation aux excé-
dents mentionnée à l’article 81. Les sommes por-
tées à cette dernière provision sont affectées à la 
provision mathématique ou versées aux assurés au 
cours des cinq exercices suivant celui au titre du-
quel elles ont été portées à la provision pour parti-
cipation aux excédents. 
Section 3 - Tirages au sort 
Art.87.- Sommes pour les tirages 
Les  tirages  au  sort  qui  servent  à  déterminer  les 
contrats  ou  titres de  capitalisation  remboursables 
par  anticipation  doivent s’effectuer  publiquement 
en présence d’un huissier, aux lieux fixés par les 
contrats, et dans les conditions prévues par lesdits 
contrats. 
Les sommes remboursées lors des tirages au sort 
doivent être, soit égales, soit croissantes avec les 
tirages successifs, sans pouvoir dépasser le capital 
remboursable à l’échéance. 
Les tirages ne peuvent avoir lieu plus d’une fois par 
mois. 
Art.88.- Procès verbal 
Un procès-verbal du tirage, comportant notamment 
la liste complète des numéros de contrats rembour-
sables, est établi, à l’issue du tirage, par l’huissier, 
en présence des personnes ayant assisté au tirage. 
Chaque tirage doit faire l’objet d’une liste distincte. 
Art.89.- Information du bénéficiaire 
En cas de sortie d’un titre à un tirage, l’entreprise 
doit,  avant  toute  démarche  de  ses  représentants 
auprès du bénéficiaire, adresser par la poste à ce 
dernier une lettre l’informant que son contrat avec 
l’entreprise a pris fin et qu’il lui sera payé sans au-
cune retenue et sans aucune obligation de sa part, ni 
à l’égard de la personne qui fera le paiement, ni à 
l’égard  de  l’entreprise,  la  somme  fixée  par  les 
conditions générales de son titre et reproduite dans 
ladite lettre. 
Art.90.- Publication, Information du public 
Après chaque tirage et dans un délai de huit jours, 
les  entreprises  doivent  publier  la  liste  prévue  à 
l’article 88. 
Un exemplaire de la liste est adressé au Ministre en 
charge du secteur des assurances ainsi qu’à toute 
personne intéressée. 
Copie de la liste mentionnée à l’article 88 doit être 
adressée  à  toute  personne  intéressée,  sur  sa  de-
mande. 
Toute  personne  intéressée  a  droit,  après  chaque 
tirage, sur sa demande, à la délivrance d’une liste 
intégrale  des  titres  sortis  dans  les  séries  qui 
l’intéressent et non encore remboursés. 
Section 4 - Dispositions diverses relati-
ves aux contrats d’assurance sur la vie 
et de capitalisation 
Art.91.- Déclaration à l’assureur 
Quiconque prétend avoir été dépossédé par perte, 
destruction  ou  vol  d’un  contrat  ou  police 
d’assurance sur la vie, ou d’un bon ou contrat de 
capitalisation, lorsque le titre est à ordre ou au por-
teur,  doit  en  faire  la  déclaration  à  l’entreprise 
d’assurance, à son siège social, par  lettre recom-
mandée avec avis de réception. L’entreprise desti-
nataire  en  accuse  réception  à  l’envoyeur,  en  la 
même forme, dans les huit jours au plus tard de la 
remise ; elle lui notifie en même temps qu’il doit, à 
titre conservatoire et tous droits des parties réser-
vés, acquitter à leur échéance les primes ou cotisa-
tions prévues, dans le cas où le tiers porteur ne les 
acquitterait pas, afin de conserver au contrat frappé 
d’opposition son plein et entier effet. 
La déclaration mentionnée à l’alinéa précédent em-
porte opposition au paiement du capital ainsi que 
de tous accessoires. 
Art.92.-  Présentation  du  contrat  frappé 
d’opposition 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
18/127
Si le contrat frappé d’opposition vient à être pré-
senté à l’entreprise, elle s’en saisit et en demeure 
séquestre jusqu’à ce qu’il ait été statué par décision 
de  justice  sur  la  propriété  du  titre  ou  que 
l’opposition soit levée. 
Il est délivré récépissé du contrat saisi au tiers por-
teur s’il justifie de son identité et de son domicile. 
A défaut de cette justification, le contrat est restitué 
sans formalité à l’opposant. 
Art.93.- Rachat de rente 
Les entreprises d’assurance sur la vie peuvent pro-
céder au rachat des rentes concernant les contrats 
qui ont été souscrits auprès d’elles, lorsque les quit-
tances  d’arrérages  correspondantes  ne  dépassent 
pas 25.000 F.CFA. 
Le barème fixant la valeur de rachat des rentes vi-
sées ci-dessus est celui des provisions mathémati-
ques. 
Art.94.- Assurance sur la vie en temps de guerre 
Toute police d’assurance  sur la vie  doit  contenir 
une clause aux termes de laquelle, en cas de guerre 
étrangère, la garantie du contrat n’aura effet que 
dans les conditions qui seront déterminées par cha-
que Etat membre après la cessation des hostilités. 
Titre 4 - Les assurances de 
groupe 
Art.95.- Définition 
Est  un  contrat  d’assurance  de  groupe  le  contrat 
souscrit  par  une  personne  morale  ou  un  chef 
d’entreprise en vue de l’adhésion d’un ensemble de 
personnes répondant à des conditions définies au 
contrat, pour la couverture des risques dépendant 
de la durée de la vie humaine, des risques portant 
atteinte à l’intégrité physique de la personne ou liés 
à la maternité, des risques d’incapacité de travail ou 
d’invalidité ou du risque de chômage. 
Les adhérents doivent avoir un lien de même nature 
avec le souscripteur. 
Art.96.- Cotisation d’assurance - Transparence 
Les sommes dues par l’adhérent au souscripteur au 
titre  de  l’assurance  doivent  lui  être  décomptées 
distinctement de  celles  qu’il peut  lui devoir, par 
ailleurs, au titre d’un autre contrat. 
Art.97.- Exclusion d’un adhérent 
Le souscripteur ne peut exclure un adhérent du bé-
néfice du contrat d’assurance de groupe que si le 
lien qui les unit est rompu ou si l’adhérent cesse de 
payer la prime. 
L’exclusion  ne  peut intervenir  qu’au  terme  d’un 
délai de quarante jours à compter de l’envoi, par le 
souscripteur, d’une lettre recommandée de mise en 
demeure. Cette lettre ne peut être envoyée que dix 
jours au plus tôt après la date à laquelle les sommes 
dues doivent être payées. 
Lors  de  la mise en  demeure,  le  souscripteur  in-
forme l’adhérent qu’à l’expiration du délai prévu à 
l’alinéa  précédent,  le  défaut  de  paiement  de  la 
prime est susceptible d’entraîner son exclusion du 
contrat. 
Cette  exclusion  ne  peut  faire  obstacle,  le  cas 
échéant, au versement des prestations acquises en 
contrepartie des primes ou cotisations versées anté-
rieurement par l’assuré. 
Lorsqu’un adhérent cesse de remplir les conditions 
d’adhésion  à  un  contrat  groupe  comportant  une 
épargne, la société doit lui proposer la souscription 
d’un contrat individuel ou, en cas de refus, lui re-
verser le montant de la provision mathématique qui 
lui revient. 
Art.98.- Information de l’adhérent 
Le souscripteur est tenu : 
de remettre à l’adhérent un document établi par 
l’assureur qui définit les garanties et leurs mo-
dalités d’entrée en vigueur ainsi que les forma-
lités à accomplir en cas de sinistre ; 
d’informer par écrit les adhérents des modifi-
cations  qu’il  est  prévu,  le  cas  échéant, 
d’apporter à leurs droits et obligations. 
L’adhérent peut dénoncer son adhésion en raison 
de ces modifications. 
Toutefois, la faculté de renonciation n’est pas of-
ferte à l’adhérent lorsque le lien qui l’unit au sous-
cripteur rend obligatoire l’adhésion au contrat. 
Le  souscripteur  d’un  contrat  d’assurance  groupe 
garantissant des emprunteurs ne peut ni modifier ni 
résilier celui-ci sans avoir obtenu l’accord de cha-
que emprunteur. 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
19/127
Titre 5 - Dispositions transi-
toires 
Art.99.-  Dispositions  transitoires (Décision du 
Conseil des Ministres du 22 Avril 1999
Les dispositions  des articles 1 à  98  s’appliquent 
sans délai aux nouveaux contrats. 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 1 - Le contrat 
20/127
Documents you may be interested
Documents you may be interested