mvc open pdf in new tab : Extract image from pdf online software control project winforms web page windows UWP CIMA_Code_assurances3-part997

www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 2 - Les assurances obligatoires 
31/127
Valeur du point d’IP (en pourcentage du SMIG annuel) 
Age du blessé/ 
Taux 
d’IP 
( %) 
Moins  de 
15 ans 
De 15 ans 
à 19 ans 
De 20 ans 
à 24 ans 
De 25 ans 
à 29 ans 
De 30 ans 
à 39 ans 
De 40 ans 
à 59 ans 
De 60 ans 
à 69 ans 
70  ans  et 
plus 
Moins de 5  
 
6  
6  
 
6  
6  
 
De 6 à 10  
12  
12  
12  
12  
12  
12  
10  
10 
De 11 à 15  
14  
14  
14  
14  
14  
12  
12  
10 
De 16 à 20  
16  
16  
14  
14  
14  
12  
12  
12 
De 21 à 30  
17  
17  
16  
16  
16  
14  
14  
12 
De 31 à 40  
18  
18  
17  
17  
16  
14  
14  
13 
De 41 à 50  
18  
18  
18  
17  
17  
16  
15  
13 
De 51 à 70  
19  
19  
19  
18  
18  
17  
16  
14 
De 71 à 90  
25  
20  
20  
19  
19  
18  
17  
15 
De 91 à 100   29  
24  
24  
22  
22  
20  
19  
18 
b) Préjudice économique 
Ce  préjudice  n’est  indemnisé  que  s’il  est  lié  à 
l’attribution  d’un  taux  d’incapacité  permanente 
d’au moins 50 %. 
L’indemnité est calculée : 
pour les salariés, en fonction de la perte réelle 
et justifiée ; 
pour les actifs non salariés, en fonction de la 
perte de revenus établie et justifiée. 
Dans tous les cas, l’indemnité est plafonnée à sept 
fois le montant du SMIG annuel du pays où s’est 
produit l’accident. 
c) Préjudice moral 
Ce  préjudice  n’est  indemnisé  que  s’il  est  lié  à 
l’attribution  d’un  taux  d’incapacité  permanente 
d’au moins 80 %. 
L’indemnité  est  fixée  à  une  fois  le  montant  du 
SMIG annuel du pays où s’est produit l’accident. 
Art.261.- Assistance d’une tierce personne 
La victime n’a droit  à une indemnité pour assis-
tance d’une tierce personne qu’à la condition que le 
taux d’incapacité permanente soit au moins égal à 
80 % selon le barème indiqué à l’article 260. 
L’assistance  doit  faire  l’objet  d’une  prescription 
médicale expresse confirmée par expertise. 
L’indemnité allouée à ce titre est plafonnée à 25 % 
de l’indemnité fixée pour l’incapacité permanente. 
Art.262.-  Souffrance physique et  préjudice  es-
thétique 
La souffrance physique (ou pretium doloris) et le 
préjudice esthétique sont indemnisés séparément. 
Ils sont qualifiés par expertise médicale et indemni-
sés selon le barème ci-dessous exprimé en pourcen-
tages du SMIG annuel : 
1) très léger :  
5 % 
2) léger :    
10 % 
3) modéré :    
20 % 
4) moyen :    
40 % 
5) assez important :    
60 % 
6) important :  
100 % 
7) très important :    
150 % 
8) exceptionnel :  
300 % 
Art.263.- Préjudice de carrière 
Le préjudice de carrière s’entend : 
soit de la perte de chance certaine d’une car-
rière à laquelle peut raisonnablement espérer 
un  élève  ou  un  étudiant  de  l’enseignement 
primaire, supérieur ou leur équivalent ; 
soit de la perte de carrière subie par une per-
sonne déjà engagée dans la vie active. 
Dans le premier cas, l’indemnité à allouer ne sau-
rait dépasser douze mois de bourse officielle de la 
catégorie correspondante. 
Dans le second cas, l’indemnité est limitée à six 
mois  de  revenus  calculés  et  plafonnés  dans  les 
conditions de l’article 259 ci-dessus. 
Les indemnités ci-dessus ne peuvent être cumulées. 
En cas de désaccord entre l’assureur et la victime 
sur  la  réalité  du  préjudice,  ces  indemnités  sont 
fixées dans les limites ci-dessus par le juge compé-
tent. Le désaccord ne saurait faire obstacle au rè-
glement des autres indemnités. 
Extract image from pdf online - Select, copy, paste PDF images in C#.net, ASP.NET, MVC, Ajax, WinForms, WPF
Support PDF Image Extraction from a Page, a Region on a Page, and PDF Document
extract images from pdf; pdf image extractor online
Extract image from pdf online - VB.NET PDF Image Extract Library: Select, copy, paste PDF images in vb.net, ASP.NET, MVC, Ajax, WinForms, WPF
Support PDF Image Extraction from a Page, a Region on a Page, and PDF Document
how to extract images from pdf; extract pictures pdf
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 2 - Les assurances obligatoires 
32/127
Section 8 - Modalités d’indemnisation 
des préjudices subis par les ayants droit 
de la victime décédée 
(Décision du Conseil des Ministres du 20 avril 
1995
Art.264.- Frais funéraires 
Les frais funéraires sont remboursés sur présenta-
tion des pièces justificatives  et dans la limite du 
SMIG annuel. 
Art.265.- Préjudice économique des ayants droit 
du décédé (Décision du Conseil des Ministre du 
22/04/1999
Chaque enfant à charge, conjoint (e) et ascendant 
en ligne directe  de  la  victime recevra  un  capital 
égal au produit d’un pourcentage des revenus an-
nuels, dûment prouvés, du décédé par la valeur du 
prix de un franc de rente correspondant à son âge, 
selon la table de conversion figurant en fin du pré-
sent Livre 
A défaut de revenus justifiés, le calcul du préjudice 
économique  subi  par  les  personnes  précitées  est 
effectuée, dans les mêmes conditions, sur la base 
d’un revenu fictif correspondant à un SMIG annuel. 
La capitalisation est limitée à vingt et un an pour 
les  enfants  sauf  s’ils  justifient  de  la  poursuite 
d’études supérieures, auquel cas la limite est repor-
tée à vingt cinq ans. 
Les  pourcentages  de  répartition  des  revenus  du 
décédé  entre  les  membres  de  sa  famille  (ascen-
dants, conjoint (s) et enfant(s)) sont indiqués dans 
les tableaux ci-après : 
Pourcentage du revenu à capitaliser selon l’âge 
du bénéficiaire 
 Clé  de  répartition  jusqu’à  quatre 
enfants à charge 
Ascendants  avec  répartition  uniforme 
entre les ascendants 
5 % 
Conjoint  (s)  avec  répartition  uniforme 
entre les conjoints 
40 % 
Enfant (s) avec répartition uniforme entre 
les enfants 
30 % 
Enfants  orphelins  doubles  avec  réparti-
tion uniforme entre les orphelins 
50 % 
- Clé de répartition au-delà de quatre 
enfants à charge 
Ascendants  avec  répartition  uniforme 
entre les ascendants 
5 % 
Conjoint  (s)  avec  répartition  uniforme 
entre les conjoints 
35 % 
Enfant (s) avec répartition uniforme entre 
les enfants 
40 % 
Enfants  orphelins  doubles  avec  réparti-
tion uniforme entre les orphelins 
50 % 
Les quotités ci-dessus sont réparties entre les en-
fants à charge, les ascendants en ligne directe (père 
et  mère) et  les  conjoints,  d’une  manière égale  à 
l’intérieur de chacun des groupes de bénéficiaires. 
Dans le cas où une famille comprend à la fois des 
orphelins simples et des orphelins doubles, le ta-
bleau à retenir est celui des orphelins doubles. 
L’indemnité globale revenant aux ayants-droits au 
titre  du  préjudice  économique  est  plafonnée  à 
soixante cinq fois le montant du SMIG annuel de 
l’Etat membre sur le territoire duquel l’accident est 
survenu. 
Art.266.- Préjudice moral  des  ayants droit du 
décédé (Décision du Conseil des Ministres du 
22/04/1995
Seul le préjudice moral du (des) conjoint (s), des 
enfants  mineurs, des  enfants majeurs, des  ascen-
dants et des frères et sœurs de la victime décédée 
est indemnisé. 
Les indemnités sont déterminées selon le tableau 
ci-dessous, par bénéficiaire : 
En pourcentage du SMIG annuel 
Conjoint (s) : 150 
Enfants mineurs : 75 
Enfants majeurs : 50 
Ascendants (premier degré) : 50 
Frères et sœurs : 25 
En cas de pluralité d’épouses survivantes, le mon-
tant total des indemnités qui leur sont allouées au 
titre de leur préjudice moral ne peut excéder 300 % 
du SMIG annuel. 
Toutefois, les indemnités de l’ensemble des bénéfi-
ciaires  donnent  lieu  à  réduction  proportionnelle 
lorsque leur  cumul  dépasse  de 15 fois  le SMIG 
annuel. 
Section 9 - Indemnisation pour compte 
d’autrui 
I - Le mandat 
VB.NET PDF Text Extract Library: extract text content from PDF
Extract highlighted text out of PDF document. control provides text extraction from PDF images and image files. Best VB.NET PDF text extraction SDK library and
how to extract text from pdf image file; extract pdf pages to jpg
C# PDF Text Extract Library: extract text content from PDF file in
Ability to extract highlighted text out of PDF document. from scanned PDF by using XDoc.PDF for .NET Image text extraction control provides text extraction from
extract jpg from pdf; extract image from pdf using
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 2 - Les assurances obligatoires 
33/127
Art.267.- Accident de plusieurs véhicules (Déci-
sion du Conseil des Ministres du 20 avril 1995
En cas d’accident ne mettant en cause qu’un seul 
véhicule, la procédure d’offre incombe à l’assureur 
de responsabilité civile de ce véhicule quelle que 
soit la qualité de la victime : personne transportée 
ou tiers circulant (piéton, cycliste, cavalier ...). 
Lorsque plusieurs véhicules participent à la surve-
nance  d’un  accident  à  conséquences  corporelles, 
l’offre d’indemnisation aux victimes intervient se-
lon les modalités ci-après. 
Art.268.-  Choix  du  meneur  de  la  procédure 
d’offre (Décision du Conseil des Ministres du 20 
avril 1995
En cas d’accident provoquée par plusieurs véhicu-
les la procédure d’offre incombe : 
vis  à  vis  des  personnes  transportées,  à 
l’assureur de responsabilité du véhicule dans 
lequel les victimes ont pris place ; 
à l’égard des tiers circulants, par l’assureur du 
véhicule qui a heurté la victime. Si ce véhicule 
n’est  pas  identifié,  l’offre  est  présentée  par 
l’assureur du véhicule  dont le numéro  de  la 
plaque d’immatriculation est le plus faible. 
à  tout  moment l’assureur,  qui estime  que  la 
responsabilité de son assuré est prépondérante, 
peut revendiquer la gestion du dossier. 
Art.269.-  Responsable  de  la  procédure  d’offre 
(Décision du Conseil des Ministres du 20/04/1995
Dans  les  rapports  entre  conducteurs,  régis  par 
l’article 268 du présent Code, et pour les domma-
ges corporels et matériels, la procédure d’offre in-
combe s’il y a lieu : 
en  cas  d’accident  entre  deux  véhicules,  à 
l’assureur désigné par le barème de responsabi-
lité ci-annexé ; 
en  cas  d’accident  mettant  en  cause  plus  de 
deux véhicules, par l’assureur du véhicule dont 
le numéro de la plaque d’immatriculation est le 
plus faible. 
Art.270.- Responsabilité du payeur pour compte 
L’assureur qui intervient pour le compte d’autrui 
reçoit mandat d’agir comme s’il s’agissait de ses 
propres intérêts. 
Les  intérêts  de  retard  éventuellement  supportés 
restent à sa charge. 
Art.271.- Subrogation du payeur pour compte 
L’assureur qui a versé les sommes dues à la victime 
ainsi  qu’aux  tiers-payeurs  est  subrogé  dans  les 
droits des personnes indemnisées à concurrence des 
paiements effectués. 
Art.272.- Compétence du médecin-examinateur 
Le  médecin  ou  l’expert  technique  désigné  par 
l’assureur mandaté doit justifier : 
soit de sa qualité d’expert judiciaire inscrit sur 
la liste établie à cet effet ; 
soit de la possession de diplômes appropriés ; 
soit  de  cinq  années  d’activité  ininterrompue 
dans le domaine concerné. 
Chaque Etat tient le répertoire des experts habilités 
à exercer. 
II - Le recours après paiement pour compte 
Art.273.-  Incontestabilité  du  règlement  pour 
compte 
Les  paiements  effectués  en  conformité  avec  les 
dispositions  du  présent  Code  ne  peuvent  donner 
lieu à contestation. 
Art.274.- Contribution  des  assureurs (Décision 
du Conseil des Ministres du 22/04/1999
La contribution des assureurs après indemnisation 
des lésés par l’assureur mandaté s’établit, vis à vis 
de chacune des victimes, en fonction de la part de 
responsabilité incombant à chaque conducteur. 
Les responsabilités  sont déterminées  selon le ba-
rème en fin du présent Livre. 
Ce  barème  s’applique  également  pour 
l’indemnisation directe des victimes lorsque le si-
nistre n’a occasionné que des dommages matériels. 
En  cas  d’impossibilité  de  se  prononcer  sur 
l’étendue des responsabilités encourues, le montant 
du dommage indemnisé est partagé entre les assu-
reurs de responsabilité par parts égales. 
La part non acquittée par un co-auteur inconnu ou 
non assuré est supportée par le Fonds de Garantie 
Automobile du pays sur  le territoire duquel s’est 
produit  le  sinistre.  A  défaut  de  l’existence  d’un 
Fonds de garantie automobile, cette quotité est sup-
portée par les autres assureurs par parts égales. 
Art.275.- Contribution en cas de responsabilité 
non déterminée 
Lorsque les responsabilités ne peuvent être établies, 
chaque conducteur conserve à sa charge la moitié 
des dommages matériels et corporels qu’il a subis, 
ou que ses ayants-droit ont subis du fait de son dé-
cès. 
VB.NET PDF insert image library: insert images into PDF in vb.net
NET framework component supports inserting image to PDF in preview without adobe PDF control installed. Access to freeware download and online VB.NET class
extract image from pdf java; extract images pdf acrobat
C# HTML5 PDF Viewer SDK to view PDF document online in C#.NET
Create PDF Online. Convert PDF Online. WPF PDF Viewer. View PDF in WPF. Annotate PDF in WPF. Image: Extract Image from PDF. PDF Write. Text: Insert Text to PDF.
extract vector image from pdf; extract jpg pdf
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 2 - Les assurances obligatoires 
34/127
L’autre moitié indemnisée en vertu du mandat est 
supportée par parts égales par les assureurs de res-
ponsabilité civile de chacun des autres co-auteurs 
ayant participé à la collision. 
III - La conciliation et l’arbitrage 
Art.276.-  Commission  nationale  d’arbitrage 
(Décision du Conseil des Ministres du 20 avril 
1995
Les conflits nés de l’exercice des recours sont obli-
gatoirement  soumis  à  un  arbitrage  auprès  de  la 
Commission  Nationale  d’Arbitrage  composée  de 
trois assureurs étrangers aux sociétés représentées 
dans le litige. 
Les  membres  composant  la  Commission 
d’arbitrage  rendent  leur  sentence  en  qualité 
d’amiables compositeurs dans le mois de leur sai-
sine. Leur mandat, d’une durée annuelle, leur est 
dévolu  par  l’association  nationale  des  assureurs 
automobile. 
Pour les marchés dont le nombre de sociétés est 
réduit, les assureurs désignent d’accord parties un 
tiers arbitre. 
Art.277.- Intérêts de retard 
Les sommes réclamées et dues, non remboursées, 
portent intérêt au taux de l’escompte à compter du 
mois écoulé suivant la date de la demande. 
Titre 2 - L’assurance des fa-
cultés à l’importation 
Art.278.- Assurance des facultés à l’importation 
L’assurance des facultés  à l’importation revêt un 
caractère obligatoire dans la mesure où les législa-
tions nationales le prévoient. Elle est alors régie par 
les dispositions spécifiques de ces législations. 
Titre 3 - Dispositions transi-
toires 
Art.279.- Dispositions transitoires 
Les dispositions des articles 200 à 278 entrent en 
vigueur sans délai. 
Elles s’appliquent à tous les accidents n’ayant pas 
donné lieu à une décision judiciaire passée en force 
de chose jugée ou à une transaction passée entre les 
parties. 
Toutefois, elles n’ont pas d’effet rétroactif en ce 
qui concerne l’application des articles 200 dernier 
alinéa et 206 à 211 du présent code. 
VB.NET PDF- View PDF Online with VB.NET HTML5 PDF Viewer
PDF Online. Annotate PDF Online. Create PDF Online. Convert PDF Online. WPF PDF Extract Text from PDF. Text: Search Text in PDF. Image: Extract Image from PDF.
extract images from pdf; extract image from pdf online
C# PDF insert image Library: insert images into PDF in C#.net, ASP
to zoom and crop image and achieve image resizing. Merge several images into PDF. Insert images into PDF form field. Access to freeware download and online C#.NET
extract images pdf; extract image from pdf acrobat
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 3 - Les entreprises 
35/127
Livre 3 - Les entreprises 
Titre 1 - Dispositions généra-
les et contrôle 
Section 1 - Dispositions générales 
Art.300.- Objet et étendue du contrôle 
Le  contrôle  s’exerce  dans  l’intérêt  des  assurés, 
souscripteurs  et  bénéficiaires  de  contrats 
d’assurance et de capitalisation. 
Sont soumises à ce contrôle : 
1° les entreprises qui contractent des engage-
ments dont l’exécution dépend de la durée de 
la vie humaine ou qui font appel à l’épargne en 
vue  de  la  capitalisation  et  contractent,  en 
échange de versements uniques ou périodiques, 
directs ou indirects, des engagements détermi-
nés ; 
2° les entreprises d’assurance de toute nature y 
compris  les  entreprises  exerçant  une  activité 
d’assistance et autres que celles visées au 1°. 
Les entreprises ayant exclusivement pour objet la 
réassurance ne sont pas soumises au contrôle. 
Art.301.- Formes des sociétés d’assurance (Déci-
sion du Conseil des Ministres du 04/04/2000
Toute  entreprise  d’assurance  d’un  Etat  membre 
mentionnée à l’article 300 doit être constituée sous 
forme  de  société  anonyme  ou  de  société 
d’assurance mutuelle. 
Toutefois une société d’assurance ne peut se consti-
tuer sous la forme d’une société anonyme uniper-
sonnelle. 
Une entreprise étrangère ne peut pratiquer sur le 
territoire d’un Etat  membre  l’une  des  opérations 
mentionnées  à l’article 300  ou des opérations de 
réassurance que si elle satisfait aux dispositions de 
la législation nationale dudit Etat. 
Art.302.- Clauses types 
La  Commission de  contrôle  des assurances peut 
imposer l’usage de clauses types de contrats et fixer 
les montants maximaux et minimaux des tarifica-
tions. 
Art.303.- Documents destinés au public - Men-
tions 
Les titres de toute nature, les prospectus, les affi-
ches, les circulaires, les plaques, les imprimés et 
tous les autres documents destinés à être distribués 
au public ou publiés par une entreprise mentionnée 
à l’article 300 doivent porter, à la suite du nom ou 
de la raison sociale, la mention ci-après en caractè-
res uniformes : « Entreprise régie par le Code des 
assurances ». Ils ne doivent contenir aucune allu-
sion  au  contrôle,  ni  aucune  assertion  susceptible 
d’induire le public en erreur sur la véritable nature 
de l’entreprise ou l’importance réelle de ses enga-
gements. 
Art.304.- Documents commerciaux - Tarifs 
Les entreprises mentionnées à l’article 300 doivent, 
avant usage, communiquer dans l’une des langues 
officielles  au  Ministre  en  charge  du  secteur  des 
assurances dans l’Etat membre, qui peut prescrire 
toutes  rectifications  ou  modifications  nécessitées 
par la réglementation en vigueur, cinq exemplaires 
des conditions générales de leurs polices, proposi-
tions, bulletins de souscription, prospectus et im-
primés destinés à être distribués au public ou pu-
bliés ou remis aux porteurs de  contrats ou adhé-
rents. 
Les  entreprises  d’assurance  doivent,  avant 
d’appliquer leurs tarifs, obtenir le visa du Ministre 
en  charge  du  secteur  des  assurances  dans  l’Etat 
membre qui statue dans les trois mois à dater du 
dépôt de trois spécimens de tarifs. Les demandes de 
visa des tarifs applicables aux contrats d’assurance 
sur la vie comportant les clauses spéciales relatives 
aux risques de décès accidentel et d’invalidité doi-
vent être  accompagnées  des justifications  techni-
ques relatives auxdites clauses. 
Dans un délai de trois mois à compter de la com-
munication d’un  tarif ou de tout autre document 
d’assurance, le Ministre en charge du secteur des 
assurances dans l’Etat membre peut en prescrire la 
modification. A l’expiration de ce délai, le docu-
ment peut être diffusé auprès du public. 
S’il apparaît qu’un document mis en circulation est 
contraire aux dispositions législatives et réglemen-
taires, le Ministre en charge du secteur des assuran-
ces dans l’Etat membre peut en décider le retrait ou 
VB.NET PDF - Convert PDF Online with VB.NET HTML5 PDF Viewer
PDF Online. Annotate PDF Online. Create PDF Online. Convert PDF Online. WPF PDF Extract Text from PDF. Text: Search Text in PDF. Image: Extract Image from PDF.
extract photos from pdf; extract color image from pdf in c#
VB.NET PDF - Create PDF Online with VB.NET HTML5 PDF Viewer
PDF Online. Annotate PDF Online. Create PDF Online. Convert PDF Online. WPF PDF Extract Text from PDF. Text: Search Text in PDF. Image: Extract Image from PDF.
pdf extract images; some pdf image extractor
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 3 - Les entreprises 
36/127
en exiger la modification après avis conforme de la 
Commission de contrôle des assurances. 
Les  visas  accordés par le Ministre en charge du 
secteur des assurances dans l’Etat membre par ap-
plication  des  dispositions  du  présent  article 
n’impliquent  qu’une  absence  d’opposition  de  la 
part du Ministre, aux dates auxquelles ils sont don-
nés ; ils peuvent toujours être révoqués par le Mi-
nistre. 
Art.305.- Statuts - modifications 
Les entreprises mentionnées à l’article 300 du pré-
sent  Code  doivent,  avant  de  soumettre  à 
l’assemblée générale des modifications à leurs sta-
tuts, obtenir l’accord du Ministre en charge du sec-
teur des assurances dans l’Etat membre qui statue 
dans les trois mois du dépôt de trois spécimens des 
projets de modification des résolutions portant sta-
tuts.  A  l’expiration  de  ce  délai,  en  l’absence 
d’observation  du Ministre, les modifications sont 
considérées comme approuvées. Ce délai est réduit 
à  quarante cinq  jours  pour  les augmentations  de 
capital social. 
Art.306.- Changement de dirigeant (Décision du 
Conseil des Ministres du 22/04/1999
Toute entreprise agréée en application de l’article 
326 est tenue de soumettre à l’approbation du Mi-
nistre  en  charge  du  secteur  des  assurances  dans 
l’Etat membre après avis conforme de la Commis-
sion, préalablement  à  sa réalisation, tout change-
ment de titulaire concernant les fonctions de Prési-
dent ou de Directeur Général. 
Ces Autorités disposent d’un délai de trois mois 
pour  se  prononcer.  L’absence  de  réaction  à 
l’expiration de ce délai vaut acceptation. 
Art.307.-  Contribution 
des  entreprises 
d’assurance 
Les frais de toute nature résultant de l’application 
des  dispositions  du  présent  Code  relatives  au 
contrôle en matière d’assurance, sont couverts au 
moyen de contributions dont le montant et les mo-
des de versement sont définis par les articles 55 et 
56 du Traité, les statuts du Secrétariat général de la 
Conférence et ceux de l’IIA. 
Les  primes  ou  cotisations  formant  l’assiette  de 
contribution  se  calculent  en ajoutant  au  montant 
des  primes  ou  cotisations  émises,  y compris  les 
accessoires  de  primes et  coûts de polices, nettes 
d’impôts, nettes d’annulations de l’exercice et de 
tous les exercices antérieurs, la variation des primes 
ou cotisations acquises à l’exercice et non émises ; 
ce montant s’entend hors acceptations. Les cessions 
ou rétrocessions ne sont pas déduites. 
Art.308.- Assurance directe à l’étranger (Déci-
sion du Conseil des Ministres du 04/04/2000
Il est interdit, sauf dérogation expresse du Ministre 
en charge des assurances,  de souscrire une assu-
rance directe d’un risque concernant une personne, 
un bien ou une responsabilité situé sur le territoire 
d’un Etat membre auprès d’une entreprise étrangère 
qui ne se serait pas conformée aux prescriptions de 
l’article 326. 
Toute cession en réassurance à l’étranger portant 
sur plus de 75 % d’un risque concernant une per-
sonne, un  bien ou une responsabilité  situé sur le 
territoire d’un Etat membre à l’exception des bran-
ches mentionnées aux paragraphes 4, 5, 6, 11 et 12 
de l’article 328, est soumise à l’autorisation du Mi-
nistre en charge des assurances. 
Section 2 - Commission régionale de 
contrôle des assurances 
Art.309.- Commission régionale de contrôle des 
assurances 
La Commission régionale de contrôle, ci-après dé-
nommée la Commission, est l’organe régulateur de 
la  Conférence.  Elle  est  chargée  du  contrôle  des 
sociétés,  elle  assure  la  surveillance  générale  et 
concourt  à  l’organisation  des  marchés  nationaux 
d’assurances. 
Art.310.- Rôle et compétences 
La Commission organise le contrôle sur pièce et sur 
place  des  sociétés  d’assurance  et  de  réassurance 
opérant sur  le territoire  des Etats  membres. Elle 
dispose du corps de contrôle constitué au sein du 
Secrétariat général de la Conférence. Les constata-
tions utiles à l’exercice du contrôle effectuées par 
les  directions  nationales  des  assurances  dans  le 
cadre de leurs missions propres lui sont communi-
quées. 
La Commission peut demander aux entreprises la 
communication des rapports de commissaires aux 
comptes et d’une manière générale de tous docu-
ments comptables dont elle peut, en tant de que de 
besoin, demander la certification. 
Les entreprises doivent mettre à sa disposition tous 
les  documents  mentionnés  à  l’alinéa  précédent, 
ainsi que le personnel qualifié pour lui fournir les 
renseignements qu’elle juge nécessaires. 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 3 - Les entreprises 
37/127
Dans la mesure nécessaire à l’exercice de sa mis-
sion de contrôle et dans les conditions déterminées 
par le présent Code, le contrôle sur place peut être 
étendu aux sociétés mères et aux filiales des socié-
tés contrôlées et à tout intermédiaire ou tout expert 
intervenant dans le secteur des assurances. 
Art.311.- Injonctions 
Quand elle constate de la part d’une société sou-
mise à son contrôle la non observation de la régle-
mentation des assurances ou un comportement met-
tant en péril l’exécution des engagements contrac-
tés envers les assurés, la Commission enjoint à la 
société concernée de prendre toutes les mesures de 
redressement qu’elle estime nécessaires. L’absence 
d’exécution des mesures de redressement dans les 
délais prescrits est passible des sanctions énumé-
rées à l’article 312. 
Art.312.- Sanctions 
a) Quand elle constate à l’encontre d’une société 
soumise à son contrôle une infraction à la régle-
mentation des assurances, la Commission prononce 
les sanctions disciplinaires suivantes : 
l’avertissement ; 
le blâme ; 
la limitation ou l’interdiction de tout ou partie 
des opérations ; 
toutes autres limitations dans l’exercice de la 
profession ; 
la suspension ou la démission d’office des di-
rigeants responsables ; 
le retrait d’agrément. 
La Commission peut en outre infliger des amendes 
et prononcer le transfert d’office du portefeuille des 
contrats. 
b) Pour l’exécution des sanctions prononcées par 
elle, la Commission propose au Ministre en charge 
du secteur des assurances, le cas échéant, la nomi-
nation d’un administrateur provisoire. 
Lorsque les décisions de la Commission nécessitent 
la  nomination  d’un  liquidateur,  elle  adresse  une 
requête en ce sens au Président du Tribunal compé-
tent et en informe le Ministre en charge des assu-
rances. 
Art.313.- Contrôle sur place - rapport contradic-
toire 
En cas de contrôle sur place, un rapport contradic-
toire est établi. Si des observations sont formulées 
par le vérificateur, il en est donné connaissance à 
l’entreprise.  La  Commission  prend  connaissance 
des  observations  formulées  par  le  vérificateur  et 
des réponses apportées par l’entreprise. Les résul-
tats des contrôles sur place sont communiqués au 
Ministre en charge du secteur des assurances et au 
Conseil  d’administration de l’entreprise contrôlée 
et sont transmis aux commissaires aux comptes. 
Art.314.- Décisions 
Les injonctions et les sanctions prononcées par la 
Commission prennent la forme de décisions prises 
à l’issue d’une procédure contradictoire au cours de 
laquelle les  dirigeants  ont été mis  en mesure de 
présenter leurs observations. 
Art.315-1.- Organisation des marchés nationaux 
Dans  le  cadre  de  la  mission  de  surveillance  et 
d’organisation définie à l’article 309, la Commis-
sion : 
a) émet un avis qui conditionne la délivrance 
de l’agrément par le Ministre en charge du sec-
teur  des  assurances selon  les dispositions de 
l’article 315-2 ; 
b) dispose  de tous  documents  et  statistiques 
concernant les marchés nationaux d’assurances 
sur le territoire couvert par le Traité ; 
c) transmet au Conseil ses observations et ses 
propositions sur le fonctionnement du secteur 
des assurances ainsi que sur les modifications 
de la législation unique qui lui paraissent ap-
propriées. 
d) Elle transmet aux autorités des Etats mem-
bres  ses  observations  concernant  les  suites 
données  à  ses  décisions  sur  le  territoire  de 
ceux-ci ainsi que ses recommandations sur le 
fonctionnement des marchés nationaux des as-
surances. 
Art.315-2.- Modalités de délivrance d’un agré-
ment 
L’octroi par le Ministre en charge du secteur des 
assurances de l’agrément demandé par une société 
d’assurances est subordonné à l’avis conforme de 
la Commission. 
La Commission dispose d’un délai  maximum de 
deux mois pour se prononcer. L’absence de réponse 
à l’expiration de ce délai vaut acceptation. 
Les agréments prononcés par les autorités nationa-
les avant l’entrée en vigueur des présentes disposi-
tions demeurent valables. 
Art.316.- Décisions exécutoires 
Les décisions de la Commission de contrôle sont 
notifiées aux entreprises intéressées et au Ministre 
en  charge  du  secteur  des  assurances  dans  l’Etat 
membre concerné. Les décisions sont exécutoires 
dès leur notification. 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 3 - Les entreprises 
38/127
Art.317.- Recours 
Les  décisions  de  la Commission ne peuvent être 
frappées de recours que devant le Conseil et dans 
un délai deux mois à compter de leur notification. 
Le Conseil a la faculté d’annuler les décisions de la 
Commission. 
Les recours n’ont pas de caractère suspensif. 
Toutefois, quand elle prononce le transfert d’office 
du portefeuille des contrats ou le retrait d’agrément, 
la Commission peut, sur la demande du Ministre en 
charge du secteur des assurances dans l’Etat mem-
bre  concerné,  autoriser  sous  conditions  précisées 
par elle la poursuite de l’activité de la société pen-
dant une durée maximale de six mois à compter de 
la notification de la décision et dans l’attente de la 
décision du Conseil sur un éventuel recours. 
Art.318.- Composition 
1) Sont membres de la Commission : 
a)  un  jurisconsulte  ayant  une  expérience  en 
matière d’assurances nommé par le Conseil ; 
b) une personnalité ayant exercé des responsa-
bilités dans le secteur des assurances, choisie 
pour son expérience du marché africain des as-
surances et nommée par le Conseil ; 
c)  une  personnalité  ayant  acquis  une  expé-
rience des problèmes du contrôle des assuran-
ces en Afrique dans le cadre de l’aide techni-
que fournie par les Etats tiers ou les organisa-
tions internationales, nommée par le Conseil ; 
d) six représentants des directions nationales 
des assurances nommés par le Conseil ; 
e) le Directeur Général de la CICA-RE ; 
f) une personnalité qualifiée dans le domaine 
financier désignée d’un commun accord par le 
gouverneur de la BEAC et le gouverneur de la 
BCEAO (et de la Banque Centrale des Como-
res) ; 
Le Conseil nomme le président de la Commission 
parmi les personnalités désignées aux alinéas pré-
cédents. 
Pour chacun des membres visés aux a), b), c), d) et 
f) ci-dessus, le Conseil nomme, selon des critères 
identiques,  un  membre  suppléant.  Le  Directeur 
Général de la CICA-RE peut se faire représenter 
par le Directeur Général adjoint de la CICA-RE. 
2) Siègent à la Commission sans voix délibérative : 
le Président de la FANAF, à l’exception des 
cas où l’ordre du jour d’une réunion appelle 
une  délibération  intéressant  l’entreprise 
d’assurance à laquelle il appartient ; 
le Secrétaire général de la Conférence ; 
le Directeur général de l’IIA ; 
un  Représentant  du  Ministre  en  charge  des 
assurances dans l’Etat membre où opère cha-
que société faisant l’objet d’une procédure dis-
ciplinaire ou sollicitant un octroi d’agrément. 
Art.319.- Mandat 
Le mandat des membres de la Commission ne sié-
geant pas es qualité est fixé à trois ans renouvela-
ble, à l’exception de ceux visés à l’article 23 alinéa 
d du traité dont le mandat est renouvelable par rota-
tion. 
Dans l’exercice de leurs fonctions, les membres de 
la  Commission  ne  sollicitent  ni  n’acceptent 
d’instructions  d’aucun  gouvernement  ni  d’aucun 
organisme. 
Les membres de la Commission ayant voix délibé-
rative s’abstiennent de tout acte incompatible avec 
les devoirs d’honnêteté et de délicatesse attachés à 
l’exercice de leurs fonctions. A l’exception du Di-
recteur  général  de  la  CICA-RE,  ils  ne  peuvent, 
pendant la durée de leur mandat et dans les deux 
ans qui suivent l’expiration de celui-ci, recevoir de 
rétribution d’une entreprise d’assurance. 
Les membres de la Commission, ainsi que les per-
sonnalités  y  siégeant  sans  voix  délibérative  sont 
tenus au secret professionnel. 
En  dehors  des  renouvellements  réguliers  et  des 
décès, les fonctions de membre de la Commission 
prennent fin par démission volontaire ou d’office. 
Tout membre de la Commission ayant manqué à 
ses obligations peut être déclaré démissionnaire par 
le Conseil. 
Le Secrétaire général de la Conférence est chargé 
du Secrétariat de la Commission. 
Art.320.- Majorité 
Les délibérations de la Commission sont acquises à 
la majorité simple des membres présents ou repré-
sentés. Le Président détient une voix prépondérante 
en cas de partage. 
La Commission ne peut siéger valablement que si 
neuf des membres la composant sont présents ou 
représentés par leur suppléant. 
Section 3 - Procédures de redressement 
et de sauvegarde 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 3 - Les entreprises 
39/127
Art.321.-  Mesures  de  sauvegarde (Décision du 
Conseil des Ministres du 22/04/1999
Lorsque  la  situation  financière  d’une  entreprise 
soumise à son contrôle est telle que les intérêts des 
assurés et bénéficiaires de contrats sont compromis 
ou susceptibles de l’être, la Commission ou le Mi-
nistre  en  charge  du  secteur  des  assurances  dans 
l’Etat membre après avis  conforme  du Secrétaire 
Général de la CIMA, peut prendre l’une des mesu-
res d’urgence suivantes : 
a) mise de l’entreprise sous surveillance per-
manente, 
b) restriction ou interdiction de la libre disposi-
tion de tout ou partie des actifs de l’entreprise, 
c) désignation d’un administrateur provisoire à 
qui sont transférés les pouvoirs nécessaires à 
l’administration  et  à  la  direction  de 
l’entreprise. Cette désignation est faite soit à la 
demande des dirigeants lorsqu’ils estiment ne 
plus  être  en  mesure  d’exercer  normalement 
leurs fonctions, soit à l’initiative de la Com-
mission ou de son mandataire lorsque la ges-
tion de l’établissement ne peut plus être assu-
rée dans des conditions normales, ou lorsqu’a 
été prise la sanction prévue au 5° alinéa du pa-
ragraphe a) de l’article 312. 
Les mesures mentionnées aux b) et c) du présent 
article sont levées ou confirmées par la Commis-
sion, après procédure contradictoire, dans un délai 
de quatre mois. 
Pendant la période mentionnée au précédent alinéa, 
les  dirigeants  de  l’entreprise  sont  mis  à  même 
d’être entendus. Ils peuvent se faire assister d’un 
professionnel en assurance de leur choix. 
Art.321-1.-  Plan  de  redressement (Décision du 
Conseil des Ministres du 22/04/1999
Lorsqu’une entreprise soumise à  son  contrôle  ne 
respecte pas les dispositions des articles 335 et/ou 
337, la Commission exige que lui soit soumis, dans 
un délai d’un mois : 
un plan de redressement prévoyant toutes les 
mesures propres à restaurer, dans un délai de 
trois mois, une couverture conforme à la  ré-
glementation, si l’entreprise ne satisfait pas à la 
réglementation sur les provisions techniques ; 
un plan de financement à court terme apte à 
rétablir dans un délai de trois mois, la marge de 
solvabilité, si celle-ci n’atteint pas le minimum 
fixé par la réglementation. 
La Commission Régionale de Contrôle des Assu-
rances se réserve le droit de proroger les délais pré-
vus ci-dessus. 
Elle peut bloquer ou restreindre la libre disposition 
des actifs de la société et/ou charger un commis-
saire contrôleur d’exercer une surveillance perma-
nente  de  l’entreprise.  Ce  commissaire  contrôleur 
choisi parmi ceux de la Commission ou de la direc-
tion nationale des assurances du pays concerné doit 
veiller à  l’exécution du plan  de redressement.  Il 
dispose à cet effet,  des  droits  d’investigation les 
plus étendus. Il doit notamment être avisé immédia-
tement de toutes les décisions prises par le conseil 
d’administration ou par la direction de l’entreprise. 
Si l’entreprise ne soumet pas dans les délais le plan 
exigé ou si celui qu’elle a soumis ne recueille pas 
l’approbation  de  la  Commission  ou  si  le  pro-
gramme approuvé n’est pas exécuté dans les condi-
tions et délais prévus, la Commission prononce les 
sanctions prévues à l’article 312. 
Art.321-2.- Conseil de surveillance (Décision du 
Conseil des Ministres du 04/04/2000
Lorsque,  conformément  aux  dispositions  de 
l’article  321  c),  un  administrateur  provisoire  est 
désigné  auprès  d’une  entreprise  soumise  au 
contrôle de la Commission en vertu des article 300 
et 309, un conseil de surveillance est mis en place 
par  le  Ministre  en  charge  des  assurances.  Il  est 
composé  du  Directeur  des  assurances  ou  de  son 
représentant, de l’Agent judiciaire de l’Etat ou de 
son représentant et d’un représentant de l’agence 
nationale de la Banque centrale. Il est présidé par le 
Directeur des assurances ou son représentant. 
Il exerce un contrôle permanent de la gestion de 
l’entreprise  et  doit  notamment être  avisé  préala-
blement  à  leur  exécution  de  toutes  les  décisions 
prises par l’administrateur provisoire. 
Le conseil de surveillance approuve les états finan-
ciers  arrêtés  par  l’administrateur  provisoire  ainsi 
que le rapport de gestion établi par les commissai-
res aux comptes. 
Art.321-3.- Restriction ou interdiction de la libre 
disposition  des  actifs (Décision du Conseil des 
Ministres du 04/04/2000
Lorsque la Commission ou le Ministre en charge 
des assurances, après avis du Secrétaire Général de 
la CIMA, est amené à restreindre ou interdire la 
libre disposition des actifs d’une entreprise, l’une 
ou  plusieurs  des  mesures  suivantes  peuvent  être 
prises : 
prescription  par  lettre  recommandée  à  toute 
société ou collectivité émettrice ou dépositaire 
de refuser l’exécution de toute opération por-
tant sur des comptes ou des titres appartenant à 
www.Droit-Afrique.com 
CIMA 
Code des Assurances - Livre 3 - Les entreprises 
40/127
l’entreprise intéressée,  ainsi  que  le paiement 
des intérêts et dividendes afférents auxdits ti-
tres ; 
subordination de l’exécution de ces opérations 
au visa préalable d’un commissaire-contrôleur 
ou de toute personne qui aura été accréditée à 
cet effet ; 
inscription sur les immeubles de l’entreprise, 
de l’hypothèque mentionnée par l’article 332-
1 ; 
prescription  aux  conservateurs  des  hypothè-
ques,  par  lettre  recommandée,  de  refuser  la 
transcription  de  tous  actes,  l’inscription  de 
toute  hypothèque  portant  sur  les  immeubles 
appartenant à l’entreprise ainsi que la radiation 
d’hypothèque consentie par un tiers au profit 
de l’entreprise ; 
dépôt auprès d’une banque des grosses de prêts 
hypothécaires consentis par ladite entreprise ; 
transfert  auprès  d’une  banque,  de  tous  les 
fonds, titres et valeurs détenus ou possédés par 
l’entreprise, dans des conditions à déterminer, 
pour y être déposés dans un compte bloqué. Ce 
compte ne pourra être débité sur ordre de son 
titulaire  que  sur  autorisation  expresse  de  la 
Commission ou du Ministre, et seulement pour 
un montant déterminé. 
Les dirigeants de l’entreprise qui n’effectuent pas 
le  transfert  mentionné  à  l’alinéa  précédant  sont 
passibles des sanctions prévues à l’article 312. 
Art.322.- Entreprises d’assurance sur la vie ou 
de capitalisation 
Si  les  circonstances l’exigent,  la  Commission  de 
contrôle des assurances peut ordonner à une entre-
prise de suspendre le paiement des valeurs de ra-
chat ou le versement d’avances sur contrats. 
Section 4 - Transfert de portefeuille 
Art.323.- Procédure 
Les entreprises pratiquant les opérations mention-
nées à l’article 300 peuvent, avec l’approbation de 
la Commission de contrôle des assurances, transfé-
rer  en  totalité  ou  en  partie  leur  portefeuille  de 
contrats, avec ses droits  et obligations, à une ou 
plusieurs entreprises agréées. 
La demande de transfert est portée à la connais-
sance des créanciers par un avis publié au Journal 
Officiel et/ou dans un journal d’annonces légales, 
qui leur impartit un délai de trois mois au moins 
pour  présenter  leurs observations  au  Ministre  en 
charge du secteur des assurances dans l’Etat mem-
bre.  Le  Ministre  informe  la  Commission  de 
contrôle des assurances. 
Les assurés disposent d’un délai d’un mois à comp-
ter de la publication de cet avis au Journal Officiel 
et/ou dans un Journal d’annonces légales pour rési-
lier leur contrat. Sous cette réserve, la Commission 
de contrôle des assurances approuve le transfert s’il 
lui apparaît que le transfert est conforme aux inté-
rêts des créanciers et des assurés. Cette approbation 
rend  le  transfert  opposable aux assurés souscrip-
teurs et bénéficiaires de contrat et aux créanciers. 
Art.324.- Transfert d’office 
Lorsque la Commission de contrôle des assurances 
décide, en application de l’article 312, d’imposer à 
une entreprise le  transfert  d’office  de  son  porte-
feuille de  contrats d’assurance,  cette décision est 
portée à la connaissance de l’ensemble des entre-
prises d’assurance  de  l’Etat  membre  par un avis 
publié  au  Journal  Officiel  et/ou dans  un  Journal 
d’annonces légales. Cet avis fait courir un délai de 
quinze  jours  pendant  lesquels  les  entreprises  qui 
accepteraient de prendre en charge le portefeuille 
en cause doivent se faire connaître à la Commis-
sion. 
L’entreprise  désignée  par  la  Commission  de 
contrôle des assurances pour prendre en charge le 
portefeuille de contrats  d’assurances transféré est 
avisée de cette désignation par lettre recommandée 
avec demande d’avis de réception. 
La décision qui prononce  le transfert en fixe les 
modalités et la date de prise d’effet. 
Section 5 - Liquidation 
Art.325.- Procédure, ouverture 
La faillite d’une société régie par le présent Code 
ne peut être prononcée à l’égard d’une entreprise 
soumise aux dispositions du présent livre qu’à la 
requête de la Commission de contrôle des assuran-
ces ; le tribunal peut également se saisir d’office ou 
être  saisi par le Ministère Public d’une demande 
d’ouverture de cette procédure après avis conforme 
de la Commission de contrôle des assurances. 
Le président du  tribunal ne peut être  saisi  d’une 
demande  d’ouverture  du  règlement  amiable 
qu’après  avis  conforme  de  la  Commission  de 
contrôle des assurances. 
Documents you may be interested
Documents you may be interested