convert pdf to tiff image in c# : Annotate pdf in chrome browser application Library cloud windows .net winforms class BACHELARD-Gaston-La-poetique-de-l-espace6-part1332

Gaston Bachelard, La poétique de l’espace. (1957) [1961] 
61 
son tour ! — par le trou de la serrure. Oui, quelqu'un est dans la mai-
son qui veille, un homme y travaille tandis que je rêve, il est une exis-
tence opiniâtre tandis que je poursuis des rêves futiles. Par sa seule 
lumière, la maison est humaine. Elle voit comme un homme. Elle est 
un œil ouvert sur la nuit. 
Et d'autres images sans fin  viennent fleurir la poésie de la [49] 
maison dans la nuit. Parfois, elle brille comme un ver luisant dans 
l'herbe, l'être à la lumière solitaire : 
Je verrai vos maisons comme des vers luisants au creux des 
collines 
36
Un autre poète appelle les maisons qui brillent, sur terre des « étoi-
les d'herbe ». Christiane Burucoa dit encore de la lampe dans la mai-
son humaine : 
Étoile prisonnière prise au gel de l'instant. 
Il semble que, dans de telles images, les étoiles du ciel viennent 
habiter la terre. Les maisons des hommes forment des constellations 
sur terre. 
G.-E. Clancier, avec dix villages et leur lumière, cloue une constel-
lation du Léviathan sur la terre : 
Une nuit, dix villages, une montagne, 
Un léviathan noir clouté d'or. 
(G.-E. Clancier, Une voix, éd. Gallimard, p. 172.) 
Erich Neumann a étudié le rêve d'un patient qui, regardant du haut 
d'une tour, voyait les étoiles naître et briller dans la terre. Elles sor-
taient du sein de la terre ; la terre n'était, pas en cette obsession une 
36
Hélène MORANGE, Asphodèles et pervenches, éd. Seghers, p. 29. 
Annotate pdf in chrome browser - C# PDF Sticky Note Library: add, delete, update PDF note in C#.net, ASP.NET, MVC, Ajax, WinForms, WPF
C#.NET Tutorial for How to Add a Sticky Note Annotation to PDF Page
add sticky notes to pdf; annotate pdf in preview
Annotate pdf in chrome browser - VB.NET PDF Sticky Note Library: add, delete, update PDF note in vb.net, ASP.NET, MVC, Ajax, WinForms, WPF
Online VB.NET Tutorial for Adding a Sticky Note Annotation to PDF Page
android app to annotate pdf; android pdf annotation
Gaston Bachelard, La poétique de l’espace. (1957) [1961] 
62 
simple image du ciel étoilé. Elle était la grande mère productrice du 
monde, productrice de la nuit et des étoiles 
37
Nous avons donné tous ces développements à une image qui peut 
sembler banale pour montrer que les images ne peuvent pas se tenir 
tranquilles. La rêverie poétique, à l'inverse de la rêverie de somnolen-
ce, ne s'endort jamais. Il lui faut toujours, à partir de la plus simple 
image, faire rayonner des ondes d'imagination. Mais si cosmique que 
devienne la maison isolée éclairée par l'étoile de sa lampe, elle s'im-
pose toujours comme une solitude : donnons un dernier texte qui met 
l'accent sur cette solitude. 
. Dans le rêve de son pa-
tient, Neumann montre la force de l'archétype de la terre-mère, de la 
Mutter-Erde. La poésie naturellement vient d'une rêverie qui insiste 
moins que le rêve nocturne. Il ne s'agit que du « gel d'un instant ». 
Mais le document poétique n'en est pas moins indicatif. Un signe ter-
restre est posé sur un être du ciel. L'archéologie des images est donc 
éclairée par l'image rapide, par l'image instantanée du poète. 
[50] 
Dans les Fragments d'un journal intime reproduit au début d'un 
choix de lettres de Rilke 
38
37
Erich NEUMANN, Eranos-Jahrbuch, 1955, p. 40-41. 
, on trouve la scène suivante : Rilke et deux 
de  ses  compagnons  aperçoivent  dans  la  nuit  profonde  « la  croisée 
éclairée d'une hutte lointaine, la dernière hutte, celle qui est toute seu-
le à l'horizon devant les champs et les marais e. Cette image d'une so-
litude symbolisée par une unique lumière émeut le cœur du poète, elle 
l'émeut si personnellement qu'elle  l'isole de ses compagnons.  Rilke 
ajoute, parlant du groupe des trois amis : « Nous avions beau être fort 
près l'un de l'autre, nous demeurions trois isolés qui voient la nuit pour 
la première fois. » Expression qu'on ne méditera jamais assez puisque 
la plus banale des images, une image que le poète a vue certainement 
des centaines de fois, reçoit soudain le signe de « la première fois » et 
transmet ce signe à la nuit familière. Ne peut-on pas dire que la lumiè-
re venant d'un veilleur solitaire, d'un veilleur obstiné prend une puis-
sance d'hypnotisme. Nous sommes hypnotisés par la solitude, hypno-
tisés par le regard de la maison solitaire. D'elle à nous le lien est si fort 
que nous ne rêvons plus qu'à une maison solitaire dans la nuit : 
38
RILKE, Choix de Lettres, éd. Stock, 1934, p. 15. 
C# PDF Convert to HTML SDK: Convert PDF to html files in C#.net
Use JS (jquery) to control PDF page navigation. Cross browser supported, like chrome, firefox, ie, edge, safari. Embed zoom setting (fit page, fit width).
android app annotate pdf; adding comments to a pdf
XDoc.HTML5 Viewer for .NET, Zero Footprint AJAX Document Image
with most modern web browser environments web browsers support including IE9+, FireFox, Chrome, Safari, Opera. & profession imaging controls, PDF document, image
pdf annotator; android pdf annotation app
Gaston Bachelard, La poétique de l’espace. (1957) [1961] 
63 
O Licht im schlafenden Haus 
39
Avec la hutte, avec la lumière qui veille à l'horizon lointain, nous 
venons d'indiquer  sous sa forme la plus  simplifiée  la  condensation 
d'intimité du refuge. Nous avions d'abord, au début de ce chapitre, 
tenté au contraire de différencier la maison selon sa verticalité. Il nous 
faut maintenant, toujours avec l'aide de documents littéraires circons-
tanciés, mieux dire les valeurs de protection de la maison contre les 
forces qui l'assiègent. Après avoir examiné cette dialectique dynami-
que de la maison et de l'univers, nous examinerons des poèmes où la 
maison est tout un monde. 
39
Richard VON SHAUKAL, Anthologie de la poésie allemande, éd. Stock, II, 
p. 125. 
VB.NET PDF Convert to HTML SDK: Convert PDF to html files in vb.
Major browser supported, include chrome, firefox, ie, edge, safari, etc. Embed converted html files in html page or iframe. Export PDF form data to html form in
add comments pdf document; annotate pdf ipad
DocImage SDK for .NET: Web Document Image Viewer Online Demo
Document Viewer Demo to View, Annotate, Convert and PowerPoint: PPTX, PPS, PPSX; PDF: Portable Document Chrome, Chrome for Android; Safari 5+, Mobile Safari; Opera
android pdf annotation tablet; android pdf annotate
Gaston Bachelard, La poétique de l’espace. (1957) [1961] 
64 
[51] 
LA POÉTIQUE DE L’ESPACE 
Chapitre II 
MAISON ET UNIVERS 
« Quand  les  cimes de notre  ciel se rejoindront 
« Ma maison aura un toit. » 
Paul Eluard, Dignes de vivre
éd. Julliard, 1941, p. 116 
Retour à la table des matières
Nous indiquions dans le chapitre précédent qu'il y a un sens à dire 
qu'on « lit une maison », qu'on « lit une chambre », puisque chambre 
et, maison sont des diagrammes de psychologie qui guident les écri-
vains et les poètes dans l'analyse de l'intimité. Nous allons prendre en 
lecture lente quelques maisons et quelques chambres « écrites » par de 
grands écrivains. 
C# HTML5 PDF Viewer SDK to view, annotate, create and convert PDF
Support to view PDF document online in browser such as firefox, chrome, safari and so on. PDF reader allows C# users to view PDF, annotate PDF file, create
adding comments to a pdf document; annotate pdf acrobat
C# Image: Create Web Image Viewer in C#.NET Application
a modern web browser, like IE, Firefox, Chrome & Safari High fidelity viewing of TIFF, PDF, Word, Excel, PowerPoint Annotate and redact on web document and image
annotate pdf google docs; annotate pdf android
Gaston Bachelard, La poétique de l’espace. (1957) [1961] 
65 
Bien qu'il soit, dans le fond de son être, un citadin, Baudelaire sent 
l'accroissement de valeur d'intimité quand une maison est attaquée par 
l'hiver. Dans Les paradis artificiels (p. 280), il dit le bonheur de Tho-
mas de Quincey, enfermé dans l'hiver, tandis qu'il lit, Kant, aidé par 
l'idéalisme de l'opium. La scène se passe dans un « cottage » 
40
Et nous avons bien chaud, parce qu'il fait froid dehors. Dans la sui-
te de ce « paradis artificiel » plongé dans l'hiver, Baudelaire dit que le 
rêveur demande un hiver rude. « Il demande annuellement au ciel au-
tant de neige, de grêle et de gelée qu'il en peut contenir. Il lui faut un 
hiver canadien, un hiver russe. Son nid en sera plus chaud, plus doux, 
du 
Pays de  Galles. « Une  jolie habitation ne rend-elle pas l'hiver plus 
poétique, et l'hiver n'augmente-t-il pas la poésie de l'habitation ? Le 
blanc cottage était assis au fond d'une petite vallée fermée de monta-
gnes suffisamment hautes ; il  était,  comme emmailloté  d'arbustes. » 
Nous avons souligné les mots qui, dans cette courte phrase, appartien-
nent à l'imagination du repos. Quel cadre, quel encadrement de tran-
quillité pour un mangeur d'opium qui, lisant Kant, conjoint la solitude 
du rêve et la solitude de la pensée ! Nous pouvons sans doute lire la 
page de Baudelaire comme on lit une page facile, trop facile. [52] Un 
critique littéraire pourrait même s'étonner que le grand poète ait si ai-
sément usé des images de la banalité. Mais si nous la lisons, cette pa-
ge trop simple, en acceptant les rêveries de repos qu'elle suggère, si 
nous faisons une pause sur les mots soulignés, la voici qui nous met 
corps et âme dans la tranquillité. Nous nous sentons placés au centre 
de protection  de  la maison  du vallon,  « emmaillotés »,  nous  aussi, 
dans les tissus de l'hiver. 
40
Ce  mot  doux  à  l’œil,  comme  il  détonne  dans  un  texte  français  si  on  le 
prononce à l’anglaise ! 
C# Image: How to Integrate Web Document and Image Viewer
APIs for developers to view, edit, annotate and process browsers, such as IE, Chrome, Firefox, and RasterEdgeImagingDeveloperGuide8.0.pdf: from this user manual
annotate pdf tablet; annotate pdf in browser
VB.NET Word: How to Convert Word to HTML in a VB.NET Imaging
NET Word to PDF Converter so you can show your document online as PDF file while still viewing it with your web browser such as Firefox, Chrome, IE, and so on.
annotate pdf; annotate pdf on ipad
Gaston Bachelard, La poétique de l’espace. (1957) [1961] 
66 
plus aimé... 
41
Baudelaire nous a livré un tableau centré ; il nous a menés au cen-
tre d'une rêverie que nous pouvons alors prendre pour nous-mêmes. 
Nous y apporterons sans doute des traits personnels. Dans le cottage 
de Thomas de Quincey évoqué par Baudelaire, nous mettrons les êtres 
de notre passé. Nous recevons ainsi le bénéfice d'une évocation sans 
surcharge. Nos souvenirs les plus personnels peuvent ici venir habiter. 
Par je ne sais quelle sympathie, la description de Baudelaire a perdu 
sa banalité. Et c'est toujours ainsi : les centres de rêverie bien détermi-
nés sont des moyens de communication entre les hommes du songe 
avec la même sûreté que les concepts bien définis sont des moyens de 
communication entre les hommes de pensée. 
. » Comme Edgar Poe, grand rêveur de rideaux, Baude-
laire, pour calfeutrer le logis entouré par l'hiver, demande encore « de 
lourds  rideaux  ondoyant  jusqu'au  plancher ».  Derrière  les  rideaux 
sombres, il semble que la neige soit plus blanche. Tout s'active quand 
s'accumulent les contradictions. 
Dans Curiosités esthétiques (p. 331), Baudelaire parle aussi d'une 
toile de Lavieille qui représente « une chaumière sur une lisière de 
bois » en hiver, « la saison triste ». Et cependant : « Quelques-uns des 
effets que Lavieille a souvent rendus me semblent, dit Baudelaire, des 
extraits du bonheur d'hiver. » L'hiver évoqué est un renforcement du 
bonheur d'habiter. Dans le règne de la seule imagination, l'hiver évo-
qué augmente la valeur d'habitation de la maison. 
Si l'on nous demandait de faire une expertise d'onirisme du cottage 
de Thomas de Quincey revécu par Baudelaire, nous [53] dirions qu'il 
 traîne  la  fade  odeur  d'opium,  une  atmosphère  d'assoupissement. 
Rien ne nous dit la vaillance des murs, le courage du toit. La maison 
ne lutte pas. On dirait que Baudelaire ne sait s'enfermer que dans des 
rideaux. 
Ce manque de lutte est souvent le cas des maisons dans l'hiver 
qu'on trouve en littérature. La dialectique de la maison et de l'univers 
y est trop simple. La neige, en particulier, néantise à trop bon compte 
le monde extérieur. Elle universalise l'univers en une seule tonalité. 
D'un mot, du mot neige, l'univers est exprimé et supprimé pour l'être 
41
Henri BOSCO dit bien le type d’une telle rêverie en cette courte formule : 
« Quand l’abri est sûr, la tempête est bonne. » 
C# PDF Markup Drawing Library: add, delete, edit PDF markups in C#
A web based markup tool able to annotate PDF in browser such as chrome, firefox and safari in ASP.NET WebForm application. Support
annotate pdf files on pc; adding notes to a pdf
C# PDF Text Highlight Library: add, delete, update PDF text
An ASP.NET web-server compliant library able to highlight text in PDF file online in browser such as chrome, firefox, safari, etc.
annotate pdf android tablet; add notes to pdf file
Gaston Bachelard, La poétique de l’espace. (1957) [1961] 
67 
abrité. Dans Les déserts de l'amour (p. 104), Rimbaud dit lui-même : 
« C'était  comme  une  nuit  d'hiver,  avec  une  neige  pour  étouffer  le 
monde décidément. » 
De toute façon, au delà de la maison habitée, le cosmos d'hiver est 
un cosmos simplifié. Il est une non-maison dans le style où le méta-
physicien parle d'un non-moi. De la maison à la non-maison s'ordon-
nent facilement toutes les contradictions. Dans la maison, tout se dif-
férencie, se multiplie. De l'hiver, la maison reçoit des réserves d'inti-
mité, des finesses d'intimité. Dans le monde hors de la maison, la nei-
ge efface les pas, brouille les chemins, étouffe les bruits, masque les 
couleurs. On sent en action une négation cosmique par l'universelle 
blancheur. Le rêveur de maison sait tout cela, sent tout cela, et par la 
diminution d'être du monde extérieur il connaît une augmentation d'in-
tensité de toutes les valeurs d'intimité. 
II 
De toutes les saisons, l'hiver est la plus vieille. Elle met de l'âge 
dans les souvenirs. Elle renvoie à un long passé. Sous la neige la mai-
son est vieille. Il semble que la maison vive en arrière dans les siècles 
lointains. Ce sentiment est bien évoqué par Bachelin dans les pages où 
l'hiver a toute son hostilité 
42
42
Henri BACHELIN, Le serviteur, p. 102. 
. « C'étaient des soirs, où, dans de vieilles 
maisons entourées de neige et de bise, les grandes histoires, les belles 
légendes que se transmettent les hommes, prennent un sens concret et 
deviennent susceptibles, pour qui les creuse, d'une application immé-
diate. Et c'est ainsi que peut-être un de nos ancêtres, expirant en l'an 
mille, a pu croire à la fin du monde. » Car les histoires ne sont pas ici 
des contes de la veillée, des histoires de fées contées par les grand'mè-
res ; ce sont des histoires d'hommes, des histoires qui méditent des 
forces et des signes. En ces hivers, dit ailleurs [54] Bachelin (p. 58), 
« il me semble que (sous le manteau de la vaste cheminée) les vieilles 
Gaston Bachelard, La poétique de l’espace. (1957) [1961] 
68 
légendes devaient être alors beaucoup plus vieilles qu'elles ne le sont 
aujourd'hui ». Elles avaient précisément cette ancienneté du drame des 
cataclysmes, des cataclysmes qui peuvent annoncer la fin du monde. 
Évoquant ces veillées d'hiver dramatique dans la maison paternel-
le,  Michelin écrit  (p. 104) :  « Lorsque nos  compagnons de veillées 
partirent les pieds dans la neige et la tête dans les rafales, il me sem-
blait qu'ils s'en allassent très loin, dans des pays inconnus de chouettes 
et de loups. J'étais tenté de leur crier comme je l'avais lu dans mes 
premiers livres d'histoire : À la grâce de Dieu ! » 
N'est-il pas frappant que dans l'âme d'un enfant, la simple image de 
la maison familiale sous la neige amoncelée puisse intégrer des ima-
ges de l'an mille ? 
III 
Prenons maintenant un cas plus complexe, un cas qui peut sembler 
paradoxal. Nous l'empruntons â une page de Rilke 
43
Pour  lui, contrairement  à la thèse  générale que nous soutenions 
dans le chapitre précédent, c'est en ville surtout que l'orage est offen-
sif, que le ciel nous dit le plus nettement son courroux. A la campa-
gne, la tempête nous serait moins hostile. C'est là, de notre point, de 
vue, un paradoxe de cosmicité. Mais, bien entendu, la page rilkéenne 
est belle et nous aurons intérêt à la commenter. 
Voici ce que Rilke écrit à « la musicienne » : « Sais-tu que je suis 
effrayé, en ville, par ces ouragans nocturnes ? On dirait, n'est-ce pas, 
que dans leur fierté d'éléments, ils ne nous voient même pas. Tandis 
qu'une maison solitaire, à la campagne, ils la voient, ils la prennent 
dans leurs bras puissants et ainsi, l'endurcissent, et là-bas on voudrait 
être dehors, dans le jardin mugissant, et du moins on se tient à la fenê-
43
RILKE, Lettres à une musicienne, trad., p. 112. 
Gaston Bachelard, La poétique de l’espace. (1957) [1961] 
69 
tre, et l'on approuve les vieux arbres encolérés qui s'agitent comme si 
l'esprit des prophètes était en eux. » 
La page de Rilke me paraît, dans le style photographique, un « né-
gatif » de la maison, une inversion de la fonction d'habiter. L'orage 
gronde et tord les arbres ; Rilke, abrité dans la maison voudrait être 
dehors, non pas par le besoin de jouir du vent, et de la pluie, mais 
pour une recherche de rêverie. Alors Rilke participe, on le sent, à la 
contre-colère de l'arbre attaqué par la colère du [55] vent. Mais il ne 
participe pas à la résistance de la maison. Il met sa confiance en la sa-
gesse de l'ouragan, en la clairvoyance de l'éclair, en tous les éléments 
qui, dans leur furie même, voient la demeure de l'homme et s'enten-
dent pour l'épargner. 
Mais ce « négatif » d'image n'en est pas moins révélateur. Il témoi-
gne d'un dynamisme de lutte cosmique. Rilke — il en a donné bien 
des preuves et nous aurons souvent à nous y référer connaît le drame 
des demeures humaines. Quel que soit, le pôle de la dialectique où le 
rêveur se situe, que ce soit la maison ou l'univers, la dialectique se 
dynamise. La maison et l'univers ne sont pas simplement, deux espa-
ces juxtaposés. Dans le règne de l'imagination, ils s'animent l'un par 
l'autre en des rêveries contraires. Déjà, Rilke concède que les épreuves 
« endurcissent » la vieille maison. La maison capitalise ses victoires 
contre l'ouragan. Et puisque dans une recherche sur l'imagination nous 
devons dépasser le règne des faits, nous savons bien que nous sommes 
plus tranquilles, plus rassurés dans la vieille demeure, dans la maison 
natale que dans la maison des rues que nous n'habitons qu'en passant. 
IV 
En  opposition  avec  le  « négatif »  que  nous  venons  d'examiner, 
donnons l'exemple d'une positivité d'adhésion totale au drame de la 
maison attaquée par la tempête. 
Gaston Bachelard, La poétique de l’espace. (1957) [1961] 
70 
La maison de Malicroix 
44
L'écrivain prépare la tempête en de longues pages. Une météorolo-
gie poétique va aux sources d'où naitront le mouvement et le bruit. 
Avec quel art, l'écrivain touche d'abord l'absolu du silence, l'immensi-
té des espaces du silence ! « Rien ne suggère comme le silence le sen-
timent des espaces illimités. J'entrai dans ces espaces. Les bruits colo-
rent l'étendue et lui donnent une sorte de corps sonore. Leur absence 
la laisse toute pure et c'est la sensation du vaste, du profond, de l'illi-
mité qui nous saisit dans le silence. Elle m'envahit, et je fus, pendant 
quelques minutes, confondu à cette grandeur de la paix nocturne. 
s'appelle La Redousse. Elle est construi-
te sur une île de la Camargue, non loin du fleuve mugissant. Elle est 
humble. Elle paraît faible. On va voir son courage. 
« Elle s'imposait comme un être. 
« La paix avait, un corps. Pris dans la nuit, fait avec de la nuit. Un 
corps réel, un corps immobile. » 
[56] 
Dans ce vaste poème en prose viennent alors des pages qui ont le 
même progrès de rumeurs et de craintes que les stances des Djinns 
chez Victor Hugo. Mais ici, l'écrivain se donne le temps de montrer le 
resserrement de l'espace au centre duquel la maison vivra comme un 
cœur angoissé. Une sorte d'angoisse cosmique prélude à la tempête. 
Puis, toutes les gorges du vent se détendent. Bientôt, tous les animaux 
de l'ouragan donnent de la voix. Quel bestiaire du vent on pourrait 
établir si on avait le loisir, non seulement dans les pages que nous in-
voquons, mais dans toute l'œuvre de Henri Bosco, d'analyser la dyna-
mologie des tempêtes ! L'écrivain sait d'instinct que toutes les agres-
sions, qu'elles viennent de l'homme ou du monde, sont animales. Si 
subtile que soit une agression venant de l'homme, si indirecte, si ca-
mouflée, si construite qu'elle soit, elle révèle des origines inexpiées. 
Un petit filament animal vit dans la plus petite des haines. Le poète 
psychologue — ou le psychologue poète, s'il en existe — ne peut se 
tromper en marquant d'un cri animal les différents types d'agression. 
Et c'est aussi une des marques terribles de l'homme que de ne com-
44
Henri BOSCO, Malicroix, p. 105 et suiv. 
Documents you may be interested
Documents you may be interested